UE-Russie | Moscou « refuse le dialogue », l’UE doit en « tirer les conséquences »

Josep Borrell

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, de retour de Moscou, s’est déclaré dimanche très inquiet du refus des autorités russes d’engager un dialogue «plus constructif» avec l’Union européenne (UE) et a appelé les dirigeants européens à «en tirer les conclusions», qui pourraient inclure des sanctions. 

«Les autorités russes n’ont pas voulu saisir l’occasion d’avoir un dialogue plus constructif avec l’UE. C’est regrettable et nous devrons en tirer des conclusions […] Il appartiendra aux États membres de décider des prochaines étapes, et oui, celles-ci pourraient inclure des sanctions», a-t-il déclaré dans un message publié sur son compte twitter à son retour de Moscou.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE doivent se réunir le 22 février pour tirer les conclusions de la mission effectuée par Josep Borrell du 4 au 7 février et décider des suites à donner à la fin de non-recevoir opposée par le Kremlin aux demandes des dirigeants européens de libérer l’opposant Alexeï Navalny, et à l’expulsion de trois diplomates de l’UE durant son entretien avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

La décision d’imposer des sanctions doit être décidée à l’unanimité sur une proposition des États membres. Le chef de la diplomatie européenne ne peut rien proposer. Il peut seulement recommander, ce qu’il fait dans le compte rendu de sa mission.

Lire aussi
Union européenne : Enfin d’accord sur les nouvelles nominations !

«Je suis rentré à Bruxelles avec de profondes inquiétudes quant aux perspectives de développement de la société russe et aux choix géostratégiques de la Russie», écrit-il.

«Ma rencontre avec le ministre Lavrov et les messages envoyés par les autorités russes au cours de cette visite ont confirmé que l’Europe et la Russie sont à la dérive. Il semble que la Russie se déconnecte progressivement de l’Europe et considère les valeurs démocratiques comme une menace existentielle», soutient-il.

Josep Borrell justifie sa mission par la nécessité de «rencontrer les autres dans leur propre pays, juste au moment où des évènements négatifs se produisent, afin de nous permettre de mieux évaluer les situations auxquelles nous sommes confrontés et les mesures que nous devrions prendre».

«Je préfère cela à rester réactif et à attendre que les choses se passent. Si nous voulons un monde plus sûr pour demain, nous devons agir aujourd’hui avec détermination et être prêts à prendre des risques», conclut-il.

LR/MAP

Voir aussi

Etats-Unis,Joe Biden,Afrique,Antony Blinken

Etats-Unis | Joe Biden va organiser un sommet pour renforcer les liens avec l’Afrique

Le président américain Joe Biden prévoit d’organiser un sommet avec les dirigeants africains pour renforcer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

WeePie Cookie Allow cookie category settings icon

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.

WeePie Cookie Allow close popup modal icon