Pegasus | Un média bulgare pointe une entreprise de déstabilisation internationale visant le Maroc

Le portail d’information bulgare Fakti s’intéresse aux derniers développements de l’affaire Pegasus, notant que “dix-neuf mois après que le Maroc, victime d’une gigantesque entreprise de déstabilisation internationale, a porté plainte contre certains médias français et des ONG, qui l’accusaient d’avoir utilisé le logiciel espion, aucune preuve n’a été apportée à ce jour”.

Sur ce sujet, Fakti reprend les propos de Me Olivier Baratelli, avocat du Royaume en France, lequel a dénoncé une “grande manipulation de l’information” et une “gigantesque rumeur” ayant pris pour cible le Maroc et ses administrations.

“Aujourd’hui, 19 mois plus tard, il n’y a rien. Nous savions que c’était faux et que c’était une rumeur et qu’il s’agissait d’une gigantesque entreprise de déstabilisation internationale” visant le Maroc, a dit Me Baratelli, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Paris sur les derniers développements de cette affaire et les actions judiciaires entreprises par le Maroc.

Il a rappelé que le royaume avait lancé immédiatement des procédures judiciaires et, quelques jours plus tard, dix citations directes ont été présentées devant le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation à l’égard de “Forbiden Stories” et “Amnesty International” (AI), et les “supporters les plus fervents” de ces thèses en France, à savoir les médias Le Monde, France Info, la cellule d’investigation de France Inter, Médiapart et l’Humanité.

Ces affaires ont été plaidées et replaidées le 15 février devant la Cour d’appel de Paris, a expliqué Me Baratelli, faisant état d’une “impression d’écoute réelle” de la part des magistrats, qui devront prononcer leurs arrêts le 12 avril, selon la même source.

“(…) Nous savions que c’était faux et, pourtant, en novembre, Le Monde et France Inter continuaient de colporter la rumeur, alors nous avons relancé cinq procédures en diffamation”, a ajouté l’avocat, cité par Fakti.

Pour étayer leurs thèses, certains journalistes avaient déposé plainte au même temps de la diffusion de l’information, une situation “ubuesque et incroyable”, a-t-il noté, faisant savoir que cette plainte a été suivie par le parquet de Paris durant un peu plus d’une année.

“Nous avons rencontré la procureure, nous avons alimenté son dossier et nous avons démontré, preuves scientifiques à l’appui – fournies par un collège d’experts en informatique- qu’il était impossible pour le Maroc d’utiliser ce logiciel, si bien au bout d’un an, cette procureure de la République a considéré effectivement que nous étions face à l’une des plus grandes manipulations médiatiques de tous les temps”, a enchaîné Me Baratelli

Et d’ajouter que les avocats du Royaume en France ont présenté toutes les preuves selon lesquelles le Maroc n’a jamais acheté, acquis ou utilisé directement ou indirectement Pegasus, et la procureure de la république a fini par considérer qu’effectivement il fallait ouvrir ce dossier plus largement et a ouvert une information judiciaire qui a été confiée en septembre 2022 à deux magistrats instructeurs.

“Le Maroc s’est constitué partie civile le 6 février. Nous sommes partie jointe à ce dossier et nous allons pouvoir travailler, main dans la main, avec les juges instructeurs pour démonter complètement cette rumeur et fermer la porte une fois pour toute de cette rumeur médiatique”, a-t-il souligné.

LR/MAP

,

Voir aussi

Sahara marocain,Japon

Sahara Marocain | Le Japon exprime son appréciation des efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre de l’initiative d’autonomie

Le Japon a exprimé, vendredi, son “appréciation des efforts sérieux et crédibles du Maroc” dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...