ONU | Le Monde manque toujours de moyens pour tester la COVID-19

ONU | Le Monde manque toujours de moyens pour tester la COVID-19

De nombreux pays n’ont toujours pas assez d’équipements pour détecter rapidement le coronavirus, selon l’ONU, dont l’assistance a été réclamée par 200 laboratoires dans près de 120 États depuis le début de la pandémie.  

Certains laboratoires dans certaines régions n’ont pas le matériel nécessaire, a expliqué Giovanni Cattoli lors d’une visite organisée jeudi pour l’AFP dans les laboratoires dont il dirige l’une des unités en Autriche, les seuls que possèdent des Nations-Unies.  

Il y a un manque sur le marché international de quelques composantes, parce qu’il y a une forte demande dans le monde entier, a-t-il ajouté.  

Exploités par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), les laboratoires de l’ONU sont situés à Seibersdorf, à une quarantaine de kilomètres de Vienne.  

Ils développent la méthode de tests la plus souvent utilisée à travers la planète, la RT-PCR en temps réel, qui permet d’établir le diagnostic le plus précis possible en seulement quelques heures. Cette technique dérivée du nucléaire est pour l’instant uniquement utilisable en laboratoire.  

Mais de nombreux pays ont encore besoin d’aide pour la mettre massivement en œuvre. Les substances nécessaires à la réalisation chimique des tests, en particulier les réactifs, continuent de faire l’objet d’une pénurie critique et on tente le maximum pour accélérer les achats tout en cherchant des réactifs alternatifs, a déclaré M.Cattoli.

En partenariat avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’AIEA forme des experts du monde entier à utiliser la RT-PCR et leur fournit du matériel. Elle a reçu des demandes émanant de 119 états membres pour équiper 200 laboratoires, selon Giovanni Cattoli.  

La Bosnie-Herzégovine, la Lettonie, le Monténégro, la Macédoine du Nord, le Maroc, le Nigeria, le Burkina Faso, le Kenya, le Sénégal, le Togo, le Lesotho, l’Iran, le Liban, la Malaisie, les Philippines, le Sri Lanka, la Thaïlande et le Pérou ont déjà réceptionné des kits financés par l’AIEA.  

Pour cette dernière, il y a des leçons à tirer de la crise actuelle. Nous ne devons pas nous fier à un seul type de test, mais nous doter d’un portefeuille de tests et de réactifs, afin d’être prêts à avoir un plan B et éventuellement un plan C, pour répondre efficacement et rapidement à une nouvelle pandémie, juge Giovanni Cattoli.

Avec AFP

Voir aussi

Belgique,BEI

BEI | Près de la moitié des entreprises belges prévoient de réduire leurs investissements

Quelque 46% des entreprises belges prévoient de réduire leurs investissements en raison de la pandémie …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.