Métier: voleur de sexe!

L’information a défrayé la chronique au Burkina Faso. Une bande de trafiquants d’organes humains, surtout le «sexe» masculin, sévit ces derniers temps dans la ville de Diébougou, au sud-ouest du pays. Leur plus récente victime est un jeune homme sourd-muet, vendeur d’eau. Les trafiquants l’auraient drogué avant de lui ôter sans état d’âme le pénis et de disparaître en toute impunité dans la nature. Le malheureux a été évacué d’urgence à l’hôpital. Là, il a été miraculeusement sauvé, mais il devra désormais vivre sans son précieux bijoux. Le pire dans cette affaire, c’est que les «voleurs» ne sont autres que ses employeurs. La nouvelle a provoqué un tollé dans tout le pays et les citoyens, notamment les hommes, commencent à s’inquiéter pour leur organe sexuel. Plusieurs d’entre eux se posent des questions sur ce que font ces trafiquants de ces organes. Selon la presse locale, «les parties génitales seraient très prisées par les amateurs de magie noire qui pullulent malheureusement dans nos villes et campagnes. On se rappelle encore la panique qu’avait provoquée, en 1997, cette affaire de ‘‘voleurs de sexe’’ à Ouagadougou». Ce trafic aurait été pratiqué depuis belle lurette dans le pays, mais a été plus ou moins circonscrit grâce à la veille des policiers. Actuellement, il refait surface, surtout que les pratiques superstitieuses regagnent du terrain et que le charlatanisme prolifère dans les villages. Les charlatans, qui proposent leurs services aux soi-disant patients, demandent dans leurs «prospectus» à ces derniers d’apporter avec eux des organes sexuels masculins.

Voir aussi

SAM’inspire!

Dans l’Etat de Virginie, aux Etats-Unis, il est formellement interdit de faire l’amour en pleine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.