Le Burundi veut tirer profit de l’expérience marocaine en matière de décentralisation (Sénateur)

Le Burundi veut tirer profit de l’expérience marocaine en matière de décentralisation étant donné que le Royaume du Maroc est “très avancé” dans ce domaine, a affirmé, jeudi à Rabat, le sénateur burundais Njiji Désiré.

Lors d’un entretien avec le président du Conseil de la région de Rabat-Salé-Kénitra, Rachid El Abdi, le sénateur qui conduit une délégation du sénat burundais en visite dans le Royaume, a souligné que le Maroc est “très avancé” dans le domaine de la gouvernance locale, notamment en matière de décentralisation, de déconcentration et de développement territorial.

M. Njiji Désiré a mis l’accent sur l’importance de l’échange d’expériences et d’expertises entre son pays et le Maroc, faisant savoir que durant son séjour dans le Royaume, la délégation du sénat burundais s’est rendue également dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima pour s’informer sur l’expérience marocaine très avancée en matière de décentralisation.

“Nous avons beaucoup appris en matière de décentralisation durant notre séjour au Maroc”, a-t-il dit dans une déclaration à la presse, notant que ce processus dynamique contribue à la valorisation des potentialités et des ressources propres de chaque région.

Mondial Qatar 2022 | Le Maroc bat le Canada 2 à 1 et va aux 8-èmes de finale

Pour sa part, M. El Abdi a indiqué que ces entretiens ont été l’occasion de mettre en avant les potentialités de la région de Rabat-Salé-Kénitra (RSK) et la dynamique de développement qu’elle connaît notamment dans les domaines agricole, de développement humain, d’assainissement liquide et de réutilisation des eaux usées dans un contexte marqué par la rareté de l’eau.

A cette occasion, M. El Abdi a évoqué l’élaboration du Programme de développement régional (PDR), qui se veut un document stratégique et de référence, mis en place par la région pour être plus attractive en termes d’investissements en particulier dans les secteurs industriel et agricole, conformément au Nouveau modèle de développement, mettant l’accent sur l’importance de s’ouvrir davantage sur les pays du continent africain avec pour but d’asseoir une coopération fructueuse, selon une approche innovante de partenariat gagnant-gagnant.

La mise en œuvre du chantier de la régionalisation avancée a été également au coeur de la visite qu’avait effectuée mardi dernier la délégation du sénat du Burundi au Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Nasser Bourita s’entretient à Dakar avec son homologue sénégalaise

Cette visite, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens de coopération entre le Maroc et le Burundi, en vue de partager l’expérience de la région en matière de mise en oeuvre du chantier de la régionalisation avancée, a été l’occasion aussi de mettre en relief les liens distingués unissant le Maroc et ses partenaires africains, conformément à la Vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, qui a fait de la coopération Sud-Sud un pilier fondamental et stratégique, en faveur du développement de l’Afrique.

LR/MAP

,

Voir aussi

Afrique du Sud,Algérie,Omar Hilale,ONU,Polisario,Staffan de Mistura

Le Maroc ne permettra jamais à l’Afrique du Sud, d’avoir un quelconque rôle dans le dossier du Sahara Marocain (Hilale)

A la suite de la récente visite de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...