Evina Engolo, chargée d’études au Cameroun

«La jeunesse du Roi Mohammed VI fait de lui quelqu’un qui suit la dynamique mondiale»

Evina Engolo, chargée d’études au Cameroun

Quelle appréciation faites-vous du Forum de Dakhla?

Le Cameroun se réjouit de cette importante rencontre représentée par la Commission nationale anti-corruption. La délégation apprécie hautement ce qui a été fait sous l’impulsion du Roi Mohammed VI. Nous savons bien que le Forum de Crans Montana en est à sa troisième édition.

On parle beaucoup lors de ce Forum du développement de l’Afrique…

Nous croyons sincèrement que le développement de l’Afrique passe nécessairement par une véritable coopération Sud-Sud qui conduit finalement à ce qu’on appelle une coopération gagnant-gagnant.

Le Roi Mohammed VI, en tant que visionnaire, a eu cette idée ingénieuse d’appeler ses frères africains, d’autant plus qu’il a été sur le terrain et a donné cette dynamique-là. Nous espérons que ses frères africains prennent le relais pour que cette coopération se forme, sachant que l’Afrique, qui est effectivement si riche, est malheureusement si pauvre.

L’Afrique, aujourd’hui, est gouvernée par des dirigeants dynamiques et jeunes, a dit le Roi Mohammed VI. Qu’en pensez-vous?

SM le Roi le confirme, parce que lui-même est jeune et vous voyez que sa jeunesse et la sagesse héritée de son père, feu Hassan II, font de lui quelqu’un qui suit la dynamique mondiale. Et, effectivement, on ne peut bâtir sans la jeunesse.

Il faut de plus en plus impliquer la jeunesse africaine, pour qu’elle se sente concernée et qu’elle mène de bout en bout le développement.

Le retour du Maroc à l’Union Africaine?

C’est une excellente initiative, d’autant plus que le Maroc n’a jamais véritablement quitté la famille africaine. Quelles que soient les motivations de son retrait de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), l’Afrique est totalement contente qu’un de ses frères rejoigne la famille qu’il n’a jamais quittée. L’Union a besoin de tous ses fils pour éclore.

Propos recueillis par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Entretien/ Bouchra Abdou | «Le suivi des femmes violentées durant le confinement est très difficile»

Entretien/ Bouchra Abdou | «Le suivi des femmes violentées durant le confinement est très difficile»

Isolées avec leurs conjoints violents, à cause du confinement, des femmes marocaines sont exposées à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.