samedi 15 décembre 2018

Ecole : La réforme en marche !

Apparemment, la réforme de l’école, voire du système éducatif, dans sa globalité est bel et bien en marche. Le bilan d’étape qui vient d’être présenté au Souverain le montre bien et traduit cette volonté qui anime aujourd’hui ministère de tutelle, intervenants, partenaires et acteurs de la scène éducative, en vue de réhabiliter l’école et lui redorer le blason.

La volonté y est, l’action est lancée et, chiffres à l’appui, la réforme semble être mise sur les rails et est bien partie. Reste à savoir si elle va concerner tout le monde…

Dans le fond, le ministre a bien souligné la construction de nouvelles écoles, dont une bonne partie sera érigée en milieu rural. On parle également d’écoles pilotes, d’internats et de cantines scolaires. On s’attaque aussi au problème de transport à travers l’offre d’autocars dédiés. Un volet dans lequel sont impliquées les communes et les collectivités locales, notamment en milieu rural, mais… Dans l’ensemble, cette réforme est engagée sur le long terme, alors qu’il y a urgence, notamment au niveau de certaines localités, dans le rural surtout, qui, pour cette rentrée (2018-2019), n’ont pas d’écoles ou qui devront composer avec des locaux qui n’ont plus de cela que le nom ou même pas. Des locaux insalubres, délabrés et vétustes, manquant d’équipement et d’outils nécessaires pour en faire de vraies classes ou même un semblant d’école…

Il n’est nulle part, dans la présentation du ministre, fait état d’un plan d’urgence ou d’action tous azimuts, voire de budget, aussi petit soit-il, pour faire face à cette situation qui est derrière beaucoup de problèmes, notamment la déperdition  et l’abandon scolaires. Bien sûr, il faut qu’il y est quelque part des oubliés et, dans ce cas de figure, ce sont bien ces localités-là qui en font les frais… Ceci pousse incontestablement à se poser la question sur l’efficacité et l’efficience de cette action, d’une part et sur le fait de savoir si, toutes les promesses et les engagements pris devant le Roi sont valables pour ces parties oubliées du Royaume, d’autre part.

Des chiffres qui n’en disent pas long!

Certes, le ministre a appuyé ses propos par des chiffres on ne peut plus pertinents. Des chiffres qui traduisent des avancées considérables. Mais, encore une fois, aucun chiffre ne touche réellement ces «oubliés».

En effet, selon le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le nombre des bénéficiaires du système de l’éducation et de la formation, au titre de la rentrée scolaire, universitaire et de la formation professionnelle 2018-2019, s’est établi 9.613.000.

Ainsi, quelque 7,9 millions d’élèves sont inscrits, dont près de 7,153 millions aux cycles d’enseignement primaire, secondaire collégial et qualifiant, 748.214 élèves au préscolaire et 8.253 aux classes préparatoires publiques aux écoles supérieures. Pour le primaire et le préscolaire, il n’est pas fait état du pourcentage quant aux milieux urbain et rural, ni d’offre en matière d’infrastructures (écoles, internats…).

Au niveau de la formation professionnelle, le ministère note qu’un total de 776 mille stagiaires sont inscrits au niveau des différents cycles de formation (baccalauréat professionnel, formation qualifiante, technicien, technicien spécialisé, etc.). L’enseignement supérieur enregistre, quant à lui, quelque 937 mille étudiants inscrits, dont 860.219 au niveau des universités, 50.397 dans des instituts privés et 26.659 dans des établissements de formation des cadres. Concernant le soutien social, le ministère explique que 4.365.558 élèves (dont 47% de filles) ont bénéficié de l’Initiative royale «Un million de cartables», pour un coût global de 420 MDH. Par ailleurs, 1.442.514 élèves bénéficieront des prestations d’hébergement et de restauration scolaire et 193.000 de celles de transport scolaire, (fait aussi savoir le ministère, sans aucune précision sur la répartition territoriale!).

En matière de ressources humaines, 20.000 nouveaux enseignants ont été recrutés, ce qui porte le nombre total des enseignants à plus de 248.000. Dans le domaine de la formation professionnelle, 2.007 établissements (dont 1.321 établissements privés) sont ouverts cette année, encadrés par 19.746 formateurs. Et le ministère de conclure que l’année scolaire 2018-2019 est marquée par la mise en œuvre du programme d’action relatif à l’appui à la scolarisation, à la lutte contre la déperdition scolaire et à la promotion de l’emploi des jeunes, élaboré conformément aux Hautes orientations royales et visant à lutter contre toutes les entraves socio-économiques à la scolarisation et à assurer une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi.

HD

Voir aussi

CGEM : Ce Maroc gagnant que veut l’entreprise

A l’heure où le Maroc est, plus que jamais, en quête de son nouveau modèle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.