Flash Infos

Concours Ergapolis : Les abattoirs de Hay Mohammedi seront réhabilités

Les abattoirs de Hay Mohammadi feront l’objet d’une réhabilitation. C’est ce qu’ont promis le ministre de l’Habitat, Nabil Benabdellah et le maire de Casablanca, Mohammed Sajid.

Prix Ergapolis
La promesse a été faite lors de la clôture de la 3ème saison du concours Ergapolis 2013, à l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, le 16 mai 2013. «48 étudiants marocains et français de disciplines différentes, aux regards croisés et regroupés en six équipes, ont donné un nouveau souffle aux abattoirs de Hay Mohammadi à Casablanca, lors des concours Ergapolis 2013. Ces étudiants, qui sont en fait des architectes, ingénieurs, urbanistes, économistes, sociologues, issus des universités et grandes Ecoles, dans une vision transversale, pensent et créent la cité comme un écosystème et favorisent le mieux vivre en ville. Durant une année, ils ont profité d’un apprentissage dans la programmation urbaine, en plus de leur parcours scolaire et ont créé leurs projets pour donner des valeurs à ce quartier», a lancé Estelle Forget, la fondatrice du concours Ergapolis. Et d’ajouter que «ce concours, sous la forme d’un appel à projets auquel répondent des étudiants en dernière année de formation, constitue un terrain fertile d’innovation où les jeunes talents se forgent une expérience par le décloisonnement de leur discipline».

De son côté, Mohammed Sajid a souligné que «cette opération de concours a mené les lauréats à travailler directement sur le site magique des abattoirs. L’implication d’un certain nombre d’associations a donné vie à la fabrique culturelle de Casablanca, mais il est temps de les réhabiliter. Les six groupes ont milité dans un esprit de camaraderie». Nabil Benabdallah a pour sa part promis de «passer à l’acte, concernant ce projet et que ce soit la vraie réhabilitation des anciens abattoirs». La ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a quant à elle souligné qu’«on voit qu’au Maroc, quand il y a un projet, on le dote de tous les moyens. Ce projet s’inscrit dans la stratégie commune franco-marocaine des éco quartiers. La thématique centrale de ce concours est de mieux vivre en ville et c’est aussi une occasion d’échanger le savoir-faire. En tant que ministre du Commerce extérieur, je veille à ce que la France reste le premier partenaire du Maroc au niveau commercial».
En s’adressant à la ministre française, Nabil Bneabdellah a rappelé qu’«en marge de la visite du président français François Hollande, nous avons discuté de ce projet et vous êtes venues partager ce moment avec nous. Nous sommes heureux de célébrer cette initiation fructueuse réalisée par des étudiants des deux pays auxquels il faut tirer notre chapeau et dont nous sommes fiers». Et d’ajouter: «Nous allons donc tenir parole. Nous poursuivrons sur la base de ce qui a été fait par ces étudiants pour développer une étude poussée et mettre en exécution ce projet de réhabilitation. Les espaces de la ville de Casablanca, nous n’avons plus le droit de les négliger davantage. Ce projet de réhabilitation des abattoirs est une première œuvre de rénovation urbaine. Mais rien ne nous oblige à tout réaliser et nous réapproprier tous les espaces. Par le bais de ce projet, on essaiera de créer un équilibre social et plus d’équité. Nous allons donc continuer dans cette perspective de rénovation urbaine. D’autres lieux de Casablanca ont aussi besoin qu’on initie leur rénovation urbaine».

«Vill’Harmonie» remporte le concours d’Ergapolis

A l’issue de ce concours, la troisième édition d’Ergapolis a distingué l’équipe gagnante qui n’est que «Vill’Harmonie» composée d’Adrien Desgrolard (EAVT MLV), Sakina Douiri (ENA Rabat), Chahd Benazzouz (HEM Casablanca), Anass Boukhal (HEM Rabat), Quentin Chance (EIVP), Kawtar Rafi (EHTP Casablanca), Saber Noureddine (INAU Rabat) et Blandine Noël (AUS). Un chèque de 77.000 DH a été remis aux gagnants de ce concours.

Déclarations
Estelle Forget, fondatrice du concours Ergapolis

 

Estelle Forget

«Après deux saisons réussies en Ile-de-France, Ergapolis s’ouvre à l’international avec une première saison au Maroc. Les candidats franco-marocains se sont attelés à la requalification des anciens abattoirs. Ils ont travaillé durement depuis novembre 2012. Ce projet est une manière de se préparer à l’entreprenariat. En décloisonnant les spécialités, les ”ergapoliciens”, développent un langage commun en se forgeant une expérience. Durant une année académique, ces jeunes ont développé une approche dynamique des écosystèmes urbains et amélioré la qualité de vie des habitants».

 

Kawtar Rafi, de l’Ecole Hassania des Travaux Publics de Casablanca (EHTP)

 

Kawtar Rafi

«Beaucoup de jeunes de Hay Mohammadi ont besoin de s’épanouir et c’est à partir de cela que notre vision s’est construite. On voulait faire de ce site un espace d’échange, de création, de culture et de formation. Notre travail a débuté au mois de novembre dernier. Nous étions huit membres mais deux d’entre nous ont dû se désister avant la fin du concours. Moi, en tant que géomaticienne, ma mission était de rassembler le plus d’informations géographiques. Ces informations, ou ces données, saisies sur ce site m’ont permis de faire une étude et une cartographie. J’ai également fait une carte de l’existant et des équipements. Le projet réalisé par notre groupe ‘Vill’Harmonie’ regroupe un parc d’activité pour tous les âges, jardin botanique, une Centrale dédiée à l’évènementiel et une grande place, espace dégagé le long de l’axe principal».

 


 


 

Voir aussi

COVID-19 | Le thé sahraoui y laisse quelques plumes !

COVID-19 | Le thé sahraoui y laisse quelques plumes !

Le Covid-19 a non seulement mis à terre les économies de plusieurs pays développés. Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.