mardi 22 août 2017

«Route d’Anfa» : Jobin joue à James Bond

Roman politique autant que d’espionnage, Route d’Anfa, le roman de Guillaume Jobin, paru en août dernier,  est aussi une satire sociale, une plongée dans la vie des bourgeois, des diplomates, des agents secrets, des journalistes et des écrivains de Casablanca.

Manœuvres d’Etats, coups bas politiques, high-tech, contrefaçon et plagiats en tout genre parsèment d’embuches les chemins d’espions, de faussaires, de terroristes et de dirigeants politiques, du Palais à l’Elysée, en passant par la DGSE et la CIA.

En pleine campagne électorale française, alors que le Maroc lutte pour la reconnaissance de son intégrité territoriale et de sa posture internationale, un jeune journaliste français, espion malgré lui, est entraîné dans un tourbillon d’intrigues et essaye de dénouer les fils d’une situation délicate, de Casablanca à Oman, en passant par Paris, Moscou et le Cameroun.

«Route d’Anfa» est la suite de «Route des Zaërs», le best-seller marocain de l’année 2015 acclamé par la critique pour son côté novateur.

Voir aussi

20ème édition du Festival jazz au Chellah en septembre 2015

Le site historique du Chellah à Rabat accueillera, du 16 au 20 septembre, la 20ème …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.