jeudi 21 novembre 2019

Un diplomate américain salue la vision de SM le Roi en matière de pluralisme religieux

L’ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, Sam Brownback, a salué, jeudi à Rabat, à l’occasion de la première conférence régionale sur la protection du patrimoine culturel des communautés religieuses, la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en matière de pluralisme religieux.

Dans son allocution à l’ouverture de cette conférence, organisée par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale en collaboration avec le département d’Etat américain et la Rabita Mohammadia des Oulémas, M. Brownback a indiqué que SM le Roi marche sur les pas de ses ancêtres, rappelant que feu SM Mohammed V avait refusé de remettre les Juifs marocains aux nazis affirmant qu’il n’existe pas de citoyens musulmans et de citoyens juifs, mais qu’il existe uniquement des citoyens Marocains.

Dans ce sens, le diplomate américain a salué le travail “exceptionnel et exemplaire” mené par le Maroc pour la préservation des sites juifs à travers le Royaume, avec le soutien de toutes les composantes de la société.

Cette conférence offre l’occasion aux autres de s’inspirer de l’expérience marocaine en matière de diversité religieuse et culturelle, notamment en ce qui concerne la protection de l’héritage culturel des communautés religieuses qui coexistent pacifiquement au Royaume, a estimé M. Brownback.

Il existe un lien étroit entre la protection du patrimoine culturel et la promotion des libertés individuelles, a-t-il poursuivi, rappelant à cet égard la déclaration de Potomac qui relève que “la religion joue un rôle important dans l’histoire commune de l’humanité et qu’il faut préserver les sites du patrimoine culturel et historique, ainsi que les objets importants pour la pratique religieuse”.

De son côté, la secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Mounia Boucetta, a indiqué que le Maroc a toujours été au cœur des interactions spirituelles et culturelles, soulignant que l’ouverture du Royaume aux autres cultures et religion est toujours palpable aujourd’hui.

Durant plus d’un millénaire, le Royaume a appris que la paix et la coexistence dans toute société sont intrinsèquement liés à la tolérance, à la compréhension et au respect des autres et de leurs différences, a ajouté Mme Boucetta, relevant que ce que certains appellent “l’expérience marocaine” et d’autres “l’exception marocaine” est basé sur trois piliers essentiels.

Il s’agit tout d’abord d’institutions fortes en mesure de garantir la paix et la stabilité, ensuite la centralité de la Constitution qui offre un cadre juridique permettant l’exercice libre de la religion au Royaume et enfin la capacité à préserver les libertés religieuses dans une société plurielle à travers la promotion de la paix et du vivre ensemble, a-t-elle relevé.

Le Maroc est donc l’exemple d’une diversité culturelle dont les contours ont été tracés par l’histoire tout en restant fortement présent dans la réalité contemporaine, en atteste la tradition marocaine visant à protéger l’héritage culturel via la rénovation des mosquées et la réhabilitation des cimetières juifs et des synagogues, a fait observer Mme Boucetta.

Les Marocains ont fait le choix irréversible de promouvoir les valeurs de tolérance, de paix et de coexistence, a insisté la secrétaire d’Etat, soulignant que c’est un choix qui honore l’héritage et le passé du pays tout en étant l’unique possibilité d’assurer un avenir stable et prospère pour le Royaume.

Dans une déclaration à la presse en marge de cet événement, le secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Ahmed Abbadi, a relevé que cette conférence vient couronner les efforts que le Maroc n’a cessé de déployer en matière de protection de l’héritage religieux et culturel sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

C’est dans ce sens, a-t-il noté, que le Maroc a organisé en 2013 la Conférence internationale pour le renforcement du dialogue des civilisations et le respect de la diversité culturelle, ainsi que la conférence sur les minorités religieuses tenue à Marrakech en 2016, marquées par la lecture de messages royaux qui servent toujours de référence dans tous les foras relatifs à ses questions.

La conférence sur la protection du patrimoine culturel des communautés religieuses, organisée avec la participation d’une centaine d’experts et responsables gouvernementaux du Maroc, des Etats-Unis, d’Europe, d’Afrique du Nord et du Sahel, intervient dans le sillage de la déclaration et du plan d’action de Potomac qui ont consacré les travaux de cette conférence ministériel visant à promouvoir les libertés religieuses.

La tenue Au Maroc de cet événement de deux jours reflète le leadership du Royaume en matière de protection du patrimoine culturel et de la pluralité religieuse, notamment après les deux conférences internationales pour le renforcement du dialogue des civilisations et le respect de la diversité culturelle organisées à Fès en 2013 et en 2018.

Avec MAP

Voir aussi

Nasser Bourita : L’intégrité territoriale du Maroc n’est pas négociable

La déclaration finale du sommet Russie-Afrique appelle à un nouveau partenariat “équitable et multiforme”

Le sommet Russie-Afrique, qui a clôturé ses travaux jeudi dans la ville de Sotchi, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.