samedi 22 juillet 2017

Phosphatier bloqué en Afrique du Sud : L’OCP et le gouvernement n’en resteront pas là !

La justice sud-africaine a décidé, ce 15 juin 2017, de renvoyer le dossier relatif au navire transportant une cargaison du groupe OCP  à un «procès sur le fond». Le groupe et le gouvernement marocains ne comptent pas en rester là.

Dans un communiqué rendu public au lendemain de l’annonce du jugement du tribunal sud-africain, le Groupe OCP a noté que ce dernier «est en contradiction avec le jugement de la Cour panaméenne qui, elle, s’est déclarée incompétente sur ce même sujet, dont la nature est éminemment politique».  

L’OCP dénonce l’instrumentalisation de la justice

Et l’OCP d’ajouter: «Suite au recours intenté par le  Polisario, la Cour de justice locale sud-africaine, outrepassant ses compétences, a décidé de renvoyer le dossier à un procès sur le fond. Le Groupe OCP est consterné par cette décision qui prétexte la complexité d’un sujet relevant pourtant d’un processus international en cours».

L’avis de l’OCP est partagé par nombre de spécialistes en relations internationales. Tajeddine El Housseini en fait partie. Selon lui, la décision de la justice sud-africaine de renvoyer le dossier relatif au navire transportant une cargaison du groupe OCP à un procès sur le fond est une interférence claire dans le cours du processus international conduit sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour le règlement du conflit du Sahara. Et de rappeler que, contrairement à l’Afrique du Sud, le Panama a statué sur son absence de compétence juridictionnelle à statuer sur une affaire internationale. En effet, l’action intentée par le Polisario auprès de la justice panaméenne, contre le propriétaire du navire Ultra Innovation transportant une cargaison de phosphate marocain en provenance de la mine de Phosboucraa, a été rejetée par la Cour maritime du Panama, mercredi 7 juin 2017.

Le gouvernement promet de riposter

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a affirmé: «La décision d’un tribunal sud-africain d’envoyer le dossier de saisie d’un navire transportant une cargaison de phosphate marocain à un jugement sur le fond est contraire au droit international». A son tour, il a souligné que la décision du juge sud-africain de maintenir la saisie du navire transportant du phosphate marocain est en contradiction avec le jugement rendu par la justice panamienne qui s’est déclarée incompétente sur le même sujet. Le porte-parole du gouvernement a enfin rappelé que le Royaume va riposter à la décision de la justice sud-africaine avec toute la fermeté requise.

Le 1er mai 2017, un juge sud-africain avait ordonné la saisie conservatoire d’une cargaison de phosphate en provenance de Phosboucraa, se traduisant par une immobilisation temporaire du navire à Port Elizabeth. Cette ordonnance de saisie était la conséquence d’une requête adressée par le Polisario, sur la base d’allégations politiques totalement infondées et motivées par l’activisme séparatiste d’une «RASD» auto-proclamée, une entité non reconnue, ni par les Nations Unies, ni par la communauté internationale.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

RNI : Ce qui change avec Aziz Akhannouch

Le 6ème Congrès national du RNI a été l’occasion pour son président de tracer les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.