Allemagne : 11 morts dans deux fusillades à Hanau

Allemagne : 11 morts dans deux fusillades à Hanau

Un Allemand a assassiné onze personnes, dont plusieurs d’origine kurde, mercredi 19 février lors d’une double fusillade dans des bars à chichas de Hanau, près de Francfort.

Le tireur présumé, identifié par les médias allemands comme Tobias R, un Allemand de 43 ans, a été retrouvé mort jeudi matin dans son appartement, aux côtés du corps de sa mère, a indiqué le ministre régional de l’Intérieur, Peter Beuth.

Le parquet fédéral, notamment chargé de l’antiterrorisme, saisi ce jeudi matin de l’enquête, explique disposer d’éléments à l’appui d’une motivation xénophobe, a indiqué un porte-parole à l’AFP.

Selon des sources proches de l’enquête, une lettre d’aveux et une vidéo ont été retrouvées. D’après Peter Neumann, spécialiste du terrorisme au King’s College de Londres qui a obtenu la lettre du quotidien Bild, ce manifeste de 24 pages témoigne d’une haine des étrangers et des non-blancs.

Il appelle à l’extermination de plusieurs pays en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Asie centrale en usant de termes explicitement eugénistes, affirmant que la science prouve que certaines races sont supérieures, développe Peter Neumann sur Twitter.

Par ailleurs, l’auteur présumé dit avoir été surveillé toute sa vie par les services secrets et se décrit comme un incel, un célibataire involontaire, poursuit Peter Neumann.

Dans sa vidéo, où il évoque la pureté de la race allemande, il fait aussi référence aux attentats du 11-Septembre et reprend à son compte certaines idées de Donald Trump, comme la construction d’un mur entre les États-Unis et le Mexique, développe Le Monde.

Ces documents dessinent le portrait d’un homme paranoïaque, aux propos conspirationnistes et racialistes confus. Les enquêteurs ont par ailleurs retrouvé dans sa voiture des munitions et des chargeurs, selon la presse locale, ajoutant que le suspect était muni d’un permis de chasse.

La menace d’un terrorisme d’extrême droite inquiétait de plus en plus les autorités allemandes, depuis notamment le meurtre d’un élu allemand pro-migrants, membre du parti d’Angela Merkel, en juin dernier.

Actuellement, 50 personnes liées à la mouvance d’extrême droite et considérées comme des dangers pour la sécurité de l’État sont particulièrement surveillées par les services de renseignement, avait précisé lundi le gouvernement allemand.

Avec AFP

Voir aussi

Covid-19 : La Corée du Nord lance deux missiles balistiques à courte portée

Covid-19 : La Corée du Nord lance 2 missiles balistiques à courte portée

La Corée du Nord a tiré ce dimanche matin en direction de la mer de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.