vendredi 22 septembre 2017

Législatives françaises: M’jid Guerrab Vs Leila Aichi !

La Candidature de Leila Aichi dans la circonscription des Français de l’étranger (16 pays d’Afrique et du Maghreb) dans le cadre des législatives françaises, n’est plus à mettre sur le compte de «La République en marche».  

En effet, le nom de la sénatrice franco-algérienne et pro Polisario ne figure plus sur la liste définitive du Mouvement d’Emmanuel Macron, depuis ce mercredi  17 mai 2017.

Le même jour, les responsables des comités du Mouvement La République En Marche ! (LREM) Maroc se sont réunis au siège du Mouvement, à Casablanca, pour rappeler que la candidature de Leïla Aïchi pour la 9ème circonscription aux législatives françaises était clivante et que l’antenne marocaine de LREM a depuis le début désapprouvé cette candidature. Leïla Aïchi reste cependant la candidate du MoDem dans cette circonscription dans laquelle se présente plus d’une dizaine de candidats.

M’jid El Guerrab soutenu par LREM au Maroc

Cette rencontre a également été l’occasion pour les membres de LREM au Maroc, de réaffirmer leur soutien au candidat M’jid El Guerrab aux prochaines législatives françaises dans la 9ème circonscription. El Guerrab a insisté, lors de cette rencontre avec la presse marocaine, sur le fait que sa candidature était la plus légitime, par rapport à celle de Leila Aichi, parce qu’il a, depuis le début, soutenu Emmanuel Macron, qu’il l’a accompagné tout au long de sa campagne et qu’il a battu le terrain pour «En Marche !» au Maroc et dans les autres pays d’Afrique.

Selon les membres du mouvement «En Marche !» Maroc, Leila Aichi est adepte du nomadisme politique. Écologiste, puis soutien de Claude Bartolone à Gauche, de Valérie Pécresse à droite, Aichi atterrira au MoDem (centre) de François Bayrou, ce qui lui permettra de finir sa course sur la liste de «La République en marche». C’est ce qu’a expliqué M’jid El Guerrab, en soulignant que Leila Aichi a mis à profit son statut de membre du Sénat à des fins qui pouvaient nuire gravement aux relations entre le Maroc et la France. En effet, la franco-algérienne Aichi s’est faite remarquer négativement en faisant la propagande du Polisario, poussé, abrité et financé par l’Algérie.

Leila Aichi semble se rétracter, mais personne n’y croit

Au lendemain de la polémique suscitée par sa position sur la question de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, la sénatrice Leila Aichi a tenté de se refaire une réputation en affirmant, par le biais d’un communiqué, qu’elle soutient la recherche d’une solution sous l’égide des Nations unies au dossier du Sahara.  Cette même Aichi avait utilisé le Sénat pour organiser un séminaire consacré à la propagande pro-Polisario. Et depuis, elle n’avait jamais caché son hostilité et son animosité à l’égard du Maroc. Aichi incarne, selon nombre de ses détracteurs, l’incarnation même du nomadisme et de l’opportunisme politique. Elle avait dit d’Alain Juppé, durant la primaire de la Droite, qu’il était seul à pouvoir diriger la France… Avant de dire, la compétition terminée, à peu près la même chose d’Emmanuel Macron.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Scandale : Harcèlement sexuel collectif contre une jeune handicapée, dans un bus, à Casablanca

Depuis dimanche 20 août au soir, une vidéo, circule et montre une jeune femme se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.