Wold Gabriel Saugeron, Chef-adjoint de la délégation du Comité international de la Croix rouge au Maroc

Wold Gabriel Saugeron, Chef-adjoint de la délégation du Comité international de la Croix rouge au Maroc

Initier les journalistes marocains au Droit international humanitaire

Dans quel cadre s’inscrit cette session de formation des journalistes concernant la thématique de la protection des médias et le Droit international humanitaire?

Ce colloque s’inscrit dans un travail plus large que nous faisons, pour soutenir les efforts du Royaume du Maroc dans la diffusion du Droit international humanitaire. Le Maroc est signataire des conventions de Genève, depuis son indépendance en 1956. Il a mis en place, en 2008, la Commission nationale du Droit international humanitaire, pour justement faire ce travail de diffusion. Nous travaillons main dans la main avec cette Commission, pour diffuser ce Droit auprès d’un large public, des parlementaires, des décideurs politiques, des Forces armées de sécurité, des étudiants, mais également des journalistes.

Qu’attendez-vous, aujourd’hui, de la rencontre et de cette session de formation des médias marocains?

L’évènement d’aujourd’hui (à Rabat), on l’espère, va outiller les journalistes marocains, en les dotant des meilleures connaissances du Droit international humanitaire, même s’ils travaillent dans un contexte de paix. Certes, ils pourraient être amenés à traiter des contextes de conflits. Ils doivent donc d’être outillés pour cela. En plus, il est important aujourd’hui, à une époque où les journalistes sont de plus en plus des cibles dans les conflits armés, connaître quelle est la protection qui leur est conférée par le Droit international humanitaire. Il s’agit de permettre aux journalistes d’avoir une meilleure connaissance de cette branche du Droit.

Quelles sont les garanties dont jouissent les journalistes dans les zones de conflit?

Les conventions de Genève sont très claires par rapport à cela. Le Droit international humanitaire souligne que toute personne qui ne participe pas directement aux hostilités doit être protégée. Les civils, dont les journalistes, en font partie et ne doivent pas être victimes d’attaques. Ce sont les bases de ce Droit. Il est donc important qu’on en parle aux journalistes. Même en temps de conflit, il y a des choses qu’on doit respecter et des limites qu’on ne peut pas dépasser.

Propos recueillis par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Relance économique | Un soutien massif à la demande intérieure est indispensable

Relance économique | Un soutien massif à la demande intérieure est indispensable

Face à la crise sanitaire, un plan de soutien massif porté par l’Etat et Bank …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.