Un droit bien maladroit !

Vous souvenez-vous du mec de la semaine dernière? Oui, le gros bêta qui s’est fait épingler parce qu’il se masturbait dans des toilettes publiques… Eh bien, il roupille toujours en prison en attendant d’être jugé et pourrait passer, au maximum, deux ans derrière les barreaux, sans oublier les 10 ans de liberté conditionnelle qu’il pourrait se voir infliger. Il reste bien éveillé et est enragé d’apprendre qu’il lui est interdit de s’adonner à ses cochonneries, alors que d’autres le font, pas en public, mais y sont autorisés par un tribunal!

Si, c’est vrai et c’est le cas d’une Brésilienne de 36 ans qui s’est battue en cour pour obtenir le droit de se masturber et de visionner de la pornographie au travail! Cette femme souffre, selon les spécialistes, d’un rare déséquilibre chimique qui enclenche une anxiété sévère et une hypersexualité. Le seul moyen connu par la victime pour combattre cette condition est de se masturber.

«C’était si grave que je pouvais me masturber jusqu’à 47 fois au cours d’une journée. C’est à ce moment que j’ai demandé de l’aide, je savais que ce n’était pas normal», explique-t-elle. Les médecins spécialisés lui ont prescrit des tranquillisants. Désormais, elle se masturbe beaucoup moins que par le passé, soit environ huit fois par jour!

Étant donné son problème orgasmique, la femme a traîné son employeur en cour pour obtenir le droit de se masturber au travail et a obtenu gain de cause…

Ainsi, elle a droit, au bout de chaque deux heures de travail, à un quart d’heure de pause «machin». Cependant, il lui est interdit de visionner des images ou vidéos pornographies pendant les heures de travail…

Cette histoire a peut-être été inventée! Eh bien, non, elle est vraie et beaucoup la contestent, voire même protestent et trouvent qu’il s’agit d’une absurdité obscène et non pas d’une question de justice rendue à la bonne dame!

Désolé pour tous ceux et celles qui planifiaient de demander un pareil droit à leur employeur! Chez nous, la chose s’explique autrement: « Ouili, h’chouma!». On en rougit et l’on rougirait plus sous les claques de qui vous savez, pour finir comme l’autre mec! Un peu de retenue voyons!

Voir aussi

SAM’inspire!

Dans l’Etat de Virginie, aux Etats-Unis, il est formellement interdit de faire l’amour en pleine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.