Flash Infos

Syrie : un manuel de contre-révolution

Syrie : un manuel de contre-révolution

Il y a un an, le régime de Damas reprenait le contrôle de l’intégralité d’Alep. Un tournant dans cette guerre de contre-insurrection que mène Bachar Al-Assad et qui pourrait faire école contre les rebelles et l’Etat islamique.

Un retournement de situation rendu possible grâce à l’intervention russe de septembre 2015, mais aussi grâce à la participation croissante de milices chiites parrainées par l’Iran, très présent dans ce pays situé au cœur de sa stratégie d’influence. Dès 2012, le régime a commencé à reculer à Alep face aux rebelles, finissant par ne plus détenir que la partie ouest de la ville, mais a réussi à maintenir un accès routier depuis le sud, pour ne pas être encerclé. Selon Fabrice Balanche, géographe et chercheur à la Hoover Institution de l’Université Stanford aux Etats-Unis, Damas a élaboré dès le début du conflit une stratégie de contre-insurrection qui consiste d’abord à se replier sur les villes les plus sûres, à protéger les axes de communication et à abandonner les territoires acquis aux rebelles. Expurgée de ses éléments les moins fiables, l’armée peut ensuite lancer l’offensive en espérant que les populations locales se seraient entre-temps lassées des rebelles. «Une guerre contre-insurrectionnelle peut prendre des années», précise l’universitaire. Une stratégie risquée. Avant l’intervention des Russes en septembre 2015, le territoire contrôlé par le régime de Damas s’était réduit à peau de chagrin et l’armée syrienne avait vu fondre ses effectifs. Cette stratégie a fini par porter ses fruits lors de la bataille d’Alep, facilitée par le rapprochement entre la Russie et la Turquie, qui a accepté de réduire son aide aux rebelles. L’Armée russe apporte, quant à elle, un soutien aérien et logistique, ainsi que de nouveaux armements. Au sol, l’Iran encadre et finance des milices chiites, à commencer par le Hezbollah libanais, mais aussi des Irakiens et des Afghans. A l’été 2016, l’Armée syrienne lance l’offensive contre l’est de la ville, qu’elle parvient à encercler. Le 22 décembre, le régime reprend l’intégralité d’Alep, après des bombardements meurtriers. «C’est à Alep que les rebelles ont perdu la guerre», estime Fabrice Balanche.

Patrice Zehr

Voir aussi

Le président du groupe d’amitié polono-marocain salue les résultats positifs du 2-ème round du dialogue inter-libyen

Le président du groupe d’amitié polono-marocain salue les résultats positifs du 2-ème round du dialogue inter-libyen

Le président du groupe d’amitié parlementaire polono-marocain, M. Tomasz Kostuś, a salué les résultats positifs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.