Qui est Brenton Tarrant ? Le visage criminel de l’attaque terroriste de la Nouvelle-Zélande

Qui est Brenton Tarrant ? Le visage criminel de l’attaque terroriste de la Nouvelle-Zélande

a fait irruption dans deux mosquées à , au sud de la Nouvelle-Zélande, tuant 49 fidèles musulmans qui se préparaient à accomplir la prière du vendredi, s’exaltant alors qu’il perpétrait l’attaque la plus meurtrière de l’extrême droite contre des musulmans.

Nous connaissons bien ces détails parce que l’extrémiste australien a diffusé l’attaque odieuse en live sur les réseaux sociaux, qui donnent un aperçu sur son profil résumant les craintes des organismes chargés de l’application de la loi et de la lutte contre le terrorisme concernant la n 1 dans l’hémisphère occidental depuis longtemps : l’extrémisme de droite.

Un jour plus tôt, Tarrant avait posté sur Twitter une photo de son arme semi-automatique qui a servi pour ôter la vie de dizaines d’innocents, plongeant tout un pays, pourtant pacifique, dans l’émoi et l’incompréhension.

Pour cet australien, issu d’une famille d’ouvriers de la petite ville de Grafton, en Nouvelle-Galles-du-Sud, cette tuerie sanglante visait à « réduire l’immigration vers les terres européennes », une logique bornée alimentée par la droite extrémiste.

Avant d’entamer sa campagne meurtrière, il a posté un manifeste de plus de 70 pages en ligne, où il y explique son aversion pour le multiculturalisme et sa croyance en la suprématie blanche.

Un manifeste qui fait référence à une théorie complotiste populaire dans les milieux d’extrême droite évoquant une menace imaginaire que « les peuples européens seraient remplacés par des populations immigrées » et qui épouse les idées anti-immigrées, anti-musulmanes et anti-gauchistes exprimées par un autre extrémiste de droite, le norvégien Anders Breivik, qui s’est rendu tristement célèbre avec le massacre de 77 personnes pour exprimer son opposition aux valeurs multiculturelles prônées par son pays.

Lire aussi
Maroc : Une cellule terroriste démantelée à Salwane

Le manifeste détaille deux années de radicalisation et de préparatifs et affirme que les facteurs déterminants dans sa radicalisation ont été la défaite à la présidentielle française de 2017 de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen et la mort de la petite Ebba Åkerlund à 11 ans dans l’attaque au camion-bélier, survenue en 2017 à Stockholm.

Malgré son profil clairement dangereux au relent extrémiste, est passé étrangement entre les mailles du filet des services de renseignement et de la police en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Mais trente-six minutes seulement après le carnage et le chaos qu’il a laissés derrière lui à la mosquée Al-Noor, située au centre de la ville de , et dans une autre à Linwood, l’extrémiste australien a été appréhendé par la police dans des conditions qui demeurent floues.

L’extrémiste australien a été inculpé samedi matin par un tribunal de et devrait demeurer en détention jusqu’à une prochaine audience fixée au 5 avril prochain.

Avec

Voir aussi

protection sociale,Skhirat,maroc,allocations familiales,Assurance Maladie,AMO

Skhirat | Les principales recommandations du Colloque international sur la protection sociale

Voici les principales recommandations les plus saillantes tirées des travaux du colloque international sur la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...