Pourquoi la reprise des cours en septembre divise-t-elle le Maroc ?

Pourquoi la reprise des cours en septembre divise-t-elle le Maroc ?

Avec l’annonce de la reprise des cours en présentiel à partir du 02 septembre 2020, les bancs de l’école marocaine resteront vides pour un moment. Cette situation inédite divise le monde de l’éducation entre ceux qui saluent cette décision et d’autres qui restent perplexes.

La MAP décode pour vous cette situation en présentant les différents points de vue des principaux acteurs de l’éducation au Maroc.

POUR- “Une décision juste durant cette conjoncture délicate”

Pour Noureddine Akkouri, président de la Fédération nationale des associations des parents d’élève au Maroc (FNAPEM), ces mesures répondent de manière positive aux exigences de la conjoncture exceptionnelle. En effet, elles viennent alléger la pression psychologique subie par les élèves et leurs familles, suscitée par les répercussions négatives d’une éventuelle reprise des cours en présentiel.

CONTRE- “Un impact négatif sur les élèves”

Selon Saïd Kachan, président de la Confédération nationale des associations des parents d’élèves, les décisions annoncées par le ministère de tutelle étaient tout à fait prévues pour assurer la sécurité des élèves et des cadres pédagogiques.

“Toutefois, nous ne sommes pas d’accord sur le timing de leur annonce, dans la mesure où on est encore au mois de mai, alors que l’année scolaire ne s’achève qu’au mois de juin”, a-t-il martelé.

M. Kachan a contesté l’annonce de ces décisions qui intervient à un moment inapproprié et peut avoir un impact négatif sur les élèves, pour la poursuite de l’opération de l’enseignement à distance qui demande encore un grand effort.

POUR ET CONTRE – Une décision ayant un aspect à la fois positif et négatif

Tout d’abord, “trancher sur le sort de cette année scolaire est un point positif car l’attente était difficile d’un point de vue psychologique, à la fois pour les élèves et pour leurs tuteurs”, a affirmé Hassan Aabou, président de la Fédération nationale marocaine des associations des parents d’élèves.

Ensuite, le point négatif touche la décision de prendre en considération les notes des contrôles continus effectués à ce jour. “En réalité, c’est injuste envers certains élèves par rapport au principe de l’égalité des chances”, car les notes obtenues jusque-là durant les contrôles continus ne permettent pas de jauger la réussite ou l’échec d’un élève. Ces derniers ont pour habitude de se rattraper durant le second semestre dont ils sont privés cette année”, a-t-il détaillé.

LR/MAP

Voir aussi

Agadir Le CRT continue ses réunions pour booster le tourisme dans la région

La Consule honoraire de la Suisse à Agadir s’informe des atouts de la région Souss Massa

Le président du conseil de la région Souss Massa, Brahim Hafidi s’est entretenu, récemment, avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.