Les nouvelles adhésions marocaines au réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO consacre l’engagement ferme du Royaume en faveur de l’éducation

L’adhésion récente d’Agadir, Fès et Essaouira au réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO (GNLC) consacre “l’engagement ferme” du Maroc, conformément à la Haute Vision de SM le Roi Mohammed VI, en faveur de l’éducation, de l’apprentissage tout au long de la vie et du développement durable, a indiqué l’ambassadeur délégué permanent du Maroc auprès de l’UNESCO, Samir Addahre.

Cette adhésion “renforce, également, la position du Royaume en tant qu’acteur clé dans le domaine de l’éducation au niveau international et régional”, a ajouté M. Addahre dans une interview à la MAP.

Pour le Maroc, a-t-il expliqué, le fait de voir de plus en plus de villes rejoindre ce réseau mondial traduit non seulement une reconnaissance internationale de l’engagement du Royaume pour l’éducation allant de la petite enfance au troisième âge, conformément à la Haute Vision Royale, tout en tenant en compte la diversité des apprenants, y compris dans les milieux défavorisés, mais présente aussi d’innombrables opportunités notamment à travers le partage des expériences, des idées et des bonnes pratiques en matière d’éducation, qui contribuent à l’amélioration des politiques éducatives nationales et locales.

Cela contribue au renforcement des capacités pour les acteurs éducatifs marocains, notamment en matière de développement professionnel des enseignants, de conception de programmes éducatifs innovants et d’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’éducation, sans oublier les opportunités de mobilisation des ressources et de collaboration potentielle avec d’autres villes et partenaires internationaux dans le domaine de l’éducation, a relevé l’ambassadeur.

Les villes apprenantes, a-t-il rappelé, ont pour vocation d’aider à la mise en œuvre des politiques publiques et des actions éducatives visant, in-fine, à favoriser l’autonomisation individuelle et l’inclusion sociale, le développement économique et la prospérité culturelle ainsi qu’un développement durable des sociétés, et ce, en œuvrant pour l’inclusion des différentes catégories, y compris les personnes handicapées, les migrants, les personnes âgées et d’autres populations en difficulté.

M. Addahre a souligné que le comité d’experts internationaux chargé de l’évaluation des dossiers de candidatures des villes apprenantes a su apprécier, à juste titre, les efforts et les avancées réalisées par les villes marocaines adhérentes et l’engagement des autorités municipales de ces villes dans la mise en œuvre de la vision stratégique du Royaume.

Unesco | Ouverture de la Conférence mondiale sur l’éducation au développement durable

Cette mobilisation marocaine, a-t-il ajouté, s’est déclinée en actions et programmes appropriés dont la création de centres d’apprentissage pour les jeunes et les femmes en difficulté qui ont pour mission d’appuyer leur insertion professionnelle, l’apprentissage visant l’autonomie des personnes âgées, en plus de l’alphabétisation familiale, ou encore l’inclusion au profit des migrants subsahariens et de leurs enfants.

Evoquant l’exemple de Benguerir, qui a rejoint le GNLC en 2020, l’ambassadeur délégué permanent du Maroc auprès de l’UNESCO a noté que la ville s’est dotée d’infrastructures adéquates destinées à promouvoir l’éducation et la formation à différents niveaux et pris d’autres initiatives pour le soutien scolaire, l’orientation, le conseil, la formation et la promotion de la culture, en utilisant les techniques d’enseignement à distance.

Outre les actions projetées à l’échelle nationale et la planification sectorielle assurées par le département de tutelle et les établissements et institutions compétentes, a poursuivi M. Addahre, “le Maroc s’inscrit pleinement dans l’action globale à l’échelle mondiale conjointement à la communauté internationale et aux institutions compétentes, en vue d’atteindre les ODD y compris l’ODD4 Éducation 2030, pour “assurer à tous une éducation équitable et de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie”.

Il a, à ce propos, indiqué que l’organisation au Maroc de la 7ème Conférence internationale sur l’éducation des adultes, en 2022, a été sanctionnée par l’adoption du Cadre d’action de Marrakech comme base pour le travail pour les 12 prochaines années, afin de concrétiser la vision du droit à l’apprentissage tout au long de la vie y compris le projet de création de l’Institut africain pour l’éducation et la formation tout au long de la vie.

L’ambassadeur a rappelé que, dans l’objectif de donner effet à l’engagement positif du Royaume dans les initiatives menées par l’UNESCO, le Maroc vient de lancer “une Alliance des Commissions nationales et des Villes apprenantes en Afrique”, en tant que “plateforme de coopération”, s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes Orientations Royales, visant notamment à consolider le réseau africain en appuyant l’adhésion davantage de villes africaines au GNLC.

Un pays sur 3 ne prend aucune mesure pour aider les élèves à rattraper le retard scolaire

Dans ce sillage, M. Addahre a lancé un appel pour encourager davantage la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes dans ce domaine dont les différentes institutions éducatives, de formation et culturelles, les Universités telles que l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès en tant que Chaire UNESCO pour l’Apprentissage tout au long de la vie, mais également les représentants des différents secteurs publics et privés, les ONG et autres acteurs proactifs de la société civile à coordonner leurs efforts, conjointement au département responsable, à la Commission nationale pour l’Education, les Sciences et la Culture, et à l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Analphabétisme en matière d’apprentissage tout au long de la vie, “en vue de créer une synergie efficace à même de faciliter et soutenir le changement que nous voulons pour notre pays, à l’image des pionniers de la communauté éducative mondiale”.

Mercredi, les villes d’Agadir, Fès et Essaouira ont rejoint le GNLC, en reconnaissance de leurs efforts déployés en vue de faire de l’apprentissage tout au long de la vie une réalité pour tous au niveau local. Ces trois nouvelles adhésions ont rejoint au sein de ce réseau les villes de Marrakech, Ifrane, Chefchaouen et Benguerir.

Le réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO (GNLC) est un réseau international axé sur la promotion de l’apprentissage tout au long de la vie, et ce, à travers le partage des initiatives, des politiques, de savoir-faire et de bonnes pratiques en faveur de l’apprentissage inclusif des populations à tous les âges. Ce réseau regroupe aujourd’hui 356 villes dans 79 pays.

LR/MAP

,

Voir aussi

france,franck riester,Maroc,stéphane séjourné

Paris et Rabat unis par un partenariat unique fondé sur un lien exceptionnel (Quai d’Orsay)

Le Maroc et la France sont unis par un “partenariat unique” fondé sur un “lien …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...