L’accueil en Espagne du dénommé Brahim Ghali, une violation “grave” du droit international

Espagne,Brahim Ghali,Algérie,Polisario,Sahara marocain

L’accueil et l’hospitalisation en catimini en Espagne du chef des séparatistes, le dénommé Brahim Ghali, poursuivi par la justice espagnole pour des crimes de génocide et de , constitue une violation “grave” du droit international, a affirmé M. Andre Gakwaya, chercheur spécialiste de l’ et directeur général de l’Agence rwandaise d’information (ARI).

“La poursuite des individus accusés de crimes de génocide et de est une norme impérative du droit international, dont aucune anomalie n’est admise”, a souligné ce fin connaisseur du marocain dans une déclaration à la MAP.

Pour M. Gakwaya, l’arrivée en Espagne du chef des séparatistes sous une fausse identité et avec un passeport diplomatique fourni par le algérien au mépris de ses propres lois et du droit international, représente également une atteinte aux droits des victimes d’actes criminels commis par le dénommé Brahim Ghali.

“Des attentions humanitaires ne peuvent, en aucun cas, couvrir de telles attitudes préjudiciables au droit international et aux principes de justice universelles”, a fait observer M. Gakwaya, par ailleurs membre de la Plateforme de défense et de soutien au marocain.

Lire aussi
Algérie : L’art de faire du neuf avec du vieux

Il a, d’autre part, relevé que l’octroi d’un passeport diplomatique algérien sous un faux nom au chef des milices séparatistes et son transport par un avion médicalisé algérien constitue une “autre preuve irréfutable” de l’implication de l’ dans le conflit régional sur le , en tant que mentor du “”.

“Il est déplorable de voir un auteur de crimes contre l’humanité accéder au territoire européen en toute impunité et en toute discrétion. Il s’agit d’une violation grave des obligations internationales”, a ajouté M. Gakwaya.

Le chercheur rwandais a, en outre, exprimé son plein appui à toutes les initiatives menées pour amener Brahim Ghali à répondre de ses crimes devant la justice, conformément au droit international.

Le dénommé Brahim Ghali fait l’objet de poursuites par la justice espagnole pour des crimes contre l’humanité commis dans les camps de Tindouf, sur le territoire algérien, dont les crimes de génocide, de torture, de disparition forcée, de violences sexuelles et de viol. Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre par les autorités espagnoles en 2008.

LR/MAP

Voir aussi

Sahara marocain,Maroc,Arabie Saoudite,Coalition mondiale contre Daech

L’Arabie Saoudite réitère sa position soutenant la marocanité du Sahara et l’intégrité territoriale du Royaume

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le Prince Faysal Bin Farhan a réitéré, mercredi à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...