vendredi 20 octobre 2017

Plutôt les vacances!

Le sexe ou les vacances? Auquel des deux les gens pensent-ils plus? Quand c’est la bourse ou la vie? On penche toujours pour la bourse. Mais quand c’est pour les vacances, on ménage l’autre bourse, sans épargner non plus la bourse et en voici la preuve.
Selon une étude, réalisée en ligne auprès d’un échantillon sondé de 1.010 adultes en France, 2.103 au Royaume-Uni, 1.007 en Irlande, 1.066 en Allemagne, 1.010 en Italie et 1.010 en Espagne, les femmes penseraient autant aux vacances qu’au sexe. 1,38 fois par jour est d’ailleurs le nombre de fois moyen où les Européennes pensent aux vacances, soit quasiment le nombre de fois où ces dames pensent au sexe (1,36 fois).

Et les hommes? Dans le détail, si les Françaises suivent le mouvement (1,12 fois par jour contre 1,18), leurs compatriotes masculins penseraient, eux, davantage au sexe qu’aux vacances. Autre enseignement de cet étonnant sondage: les Espagnoles et les Italiennes sont plus préoccupées par leurs prochaines vacances (respectivement 1,73 fois et 1,65 fois par jour) que par leurs prochains ébats (1,23 fois et 1,32 fois). Quant aux Britanniques, elles pensent bien moins à leurs prochains congés qu’à leur prochaine partie de jambes en l’air (1,73 fois par jour contre 1 fois seulement…). Revenons maintenant à ces messieurs: sans surprise, les Européens sont plus portés sur la «chose» (4,30 fois par jour) que sur les voyages (1,46 fois). A noter que les Français sont en dessous de la moyenne européenne pour ce qui est des plaisirs charnels et au-dessus quand il s’agit de plier bagages… Curieusement, l’étude fait ressortir que les plus «chauds lapins» restent les Britanniques (5,8 fois) et ceux qui pensent le plus à leurs prochains congés seraient surtout les Irlandais (1,79 fois). Alors, ceux -ou plutôt celles- qui croient encore que les Anglais ont le sang «froid», qu’ils sachent maintenant qu’ils ne sont pas si «froids» que ça! Du moins, c’est ce que laisse entendre cette fameuse étude qui ne parle malheureusement que de ce qui se passe dans une partie d’un seul continent. Car si elle s’était étalée aux pays scandinaves, à l’Amérique latine, à l’Asie et à l’Afrique, on vous laisserait la liberté d’imaginer tous les records qu’elle pourrait enregistrer!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.