jeudi 17 août 2017

Pas si exquis!

A quelle heure on fait ça? Pas le soir, on est trop fatigué pour…! Pas l’après-midi non plus, on a trop de choses à faire! Pas maintenant, ce n’est pas le moment… Mais alors quand? Y-a-t-il une heure idéale pour faire l’amour? Certes, il y en a une, mais il faut oublier le matin aux aurores, l’haleine douteuse serait rédhibitoire pour ces dames! Le meilleur moment pour faire l’amour n’est autre que le samedi soir à… 23 heures. Mais il faut d’abord s’assurer que la conjointe n’est pas diabétique! Car, si l’appétit vient en mangeant, chez ces dames, il n’est jamais assouvi et, du coup, elles sont moins satisfaites sexuellement! C’est du moins ce qu’établit une étude menée par une université américaine.

On savait déjà que le diabète était un facteur de risque pour les troubles de l’érection. On sait désormais qu’il a aussi une incidence sur la sexualité des femmes. C’est ce qu’affirme cette étude menée auprès de plus de 2.000 femmes âgées entre 40 et 80 ans, diabétiques ou non. Elle révèle que le risque de déclarer une faible satisfaction sexuelle globale s’avère plus de deux fois plus élevé chez les femmes diabétiques insulinodépendantes et est accru de 40% chez les femmes diabétiques non-traitées par l’insuline par rapport aux femmes non-diabétiques.
Pour autant, les femmes diabétiques n’ont pas moins de libido que les autres. Le problème n’est pas que les femmes ne s’intéressent pas au sexe. Les femmes diabétiques ont reconnu avoir plus de problèmes sexuels tout en montrant le même intérêt pour le sexe que les autres femmes et en rapportant autant de rapports sexuels que les autres. L’étude, qui n’apporte pas d’explication sur ces problèmes sexuels, précise quant aux raisons de ces troubles que la réponse est probablement du côté des complications liées au diabète (surpoids, hypertension,…) et de leurs effets sur la sexualité. Un régime alimentaire et une pratique sportive régulière peuvent limiter ces risques de complication et prévenir ainsi l’apparition de troubles sexuels. Autrement dit, pour que ça devienne exquis, il faut bien courir!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.