lundi 18 décembre 2017

Faire autrement

De plus en plus de jeunes prennent régulièrement la fameuse pilule bleue, ce médicament destiné pourtant aux hommes plus âgés qui souffrent d’impuissance. Ils ont entre 20 et 30 ans, ne souffrent d’aucun problème physique et pourtant… La raison de cette utilisation régulière proviendrait d’une peur de mal faire.

L’addiction se manifeste lorsque le jeune homme a l’impression que, sans sa pilule, sa vie sexuelle serait désastreuse. Il s’agit donc d’une dépendance psychologique, puisqu’il n’existe pas vraiment de dépendance physique à ce remède. Les jeunes en emportent à leurs soirées ou s’en voient proposer sur place. Et les garçons qui s’entendent dire qu’ils ne sont pas assez bons au lit, répondent qu’ils en ont besoin pour améliorer leur vie sexuelle. Selon les experts, la plupart des jeunes essaient la pilule une première fois juste pour rigoler. Ils sont heureux de pouvoir tenir plus longtemps. Les garçons accordent beaucoup d’importance à leurs performances sexuelles. Ils veulent faire impression sur leurs partenaires. C’est pour cette raison qu’ils peuvent très vite devenir accro… Un Britannique, devenu totalement dépendant, a dépensé près de 1.200 euros pour ses pilules en un an! Malgré les avertissements de son médecin quant aux risques de problèmes cardiaques sur le long terme, il persiste. Aujourd’hui, il prend encore six pilules par semaine. «Si je sais que je vais rencontrer une fille, j’avale discrètement deux pilules. Je sais bien que ce n’est pas bon pour la santé. Je sens bien que quand je prends mes pilules, mon cœur bat plus vite»… Eh oui, les attentes de la gent féminine étant devenues plus grandes qu’auparavant, cela a eu pour effet de diminuer la confiance masculine. Les femmes ne se rendent pas forcément compte de la fragilité de leur partenaire, mais il faut savoir que la libido masculine est renforcée lorsque ceux-ci ont l’impression de contrôler les ébats. Si seulement elles pouvaient le leur faire comprendre… Et sans la pilule bleue!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.