Autosuffisance Vaccinale | SM le Roi place le Maroc dans le cercle des pays producteurs de vaccins

fabrication de vaccins,Autosuffisance vaccinale

SM le Roi Mohammed VI passant en revue le projet de la nouvelle usine de (anti-Covid-19 et autres) de Benslimane.

Le s’est fixé comme objectif d’assurer sa souveraineté vaccinale, non seulement pour répondre à ses propres besoins, mais aussi pour aider à satisfaire ceux du Continent africain, qui n’a pu s’approvisionner qu’en quantités réduites de vaccins anti-Coronavirus (Covid-19).

Le 5 juillet 2021, SM le Roi Mohammed VI présidait au Palais Royal de Fès, la cérémonie de lancement et de signature de conventions relatives au projet de fabrication et de mise en seringue au du vaccin anti-Covid-19 et autres vaccins. Aujourd’hui, le franchit un pas supplémentaire vers la concrétisation de cet objectif ambitieux.  

Le Maroc se donne les moyens de ses ambitions

Le 27 janvier 2022 est une date phare qui restera gravée en lettres d’or dans l’histoire du Royaume, en matière de santé. Ce jour-là, SM le Roi présidait dans la province de Benslimane, la cérémonie de lancement des travaux de réalisation d’une usine de anti Covid-19 et autres vaccins, un projet structurant qui, à terme, contribuera à assurer la souveraineté vaccinale du Royaume, ainsi que du continent africain. Cette unité industrielle s’inscrit dans le cadre de la vision dynamique et futuriste du Souverain, qui vise à positionner le Maroc en tant que hub biotechnologique incontournable en et dans le monde, capable d’assurer ses besoins sanitaires et ceux du continent africain à court et à long terme, en y intégrant la recherche pharmaceutique, le développement clinique, la fabrication et la commercialisation de produits biopharmaceutiques de grande nécessité. La future unité industrielle devrait mobiliser, à terme, un investissement de 500 millions d’euros.

Concrètement, le projet de Benslimane consiste en la mise en place d’une usine de fabrication et de mise en seringue de vaccins (anti-Covid-19 et autres vaccins), disposant de 3 lignes industrielles dont la capacité combinée de production atteindra 116 millions d’unités en 2024.

Ces lignes seront dédiées à la production de seringues pré-remplies, de flacons de liquides et de flacons lyophilisés. L’investissement projeté est d’environ 200 millions d’euros, et le lancement de la production des lots d’essais est prévu le 30 juillet 2022.

Des objectifs datés et chiffrés

Fruit d’un partenariat public-privé, notamment l’accompagnement d’un des leaders mondiaux de la biotechnologie, à savoir la société suédoise Recipharm, ce projet permettra d’assurer l’autosuffisance du Royaume en matière de vaccins et de faire du pays une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du Continent africain et du monde dans le domaine de l’industrie du fill & finish. Baptisée «», la future unité industrielle de fabrication de vaccins anti Covid-19 et autres vaccins de Benslimane, la plus grande plateforme par capacité de Fill & Finish de vaccins en , sera à terme amenée à devenir l’une des cinq premières au monde.

Maroc | L'unité industrielle de fabrication de vaccins de Benslimane arrive au Port de Casablanca

Ce projet d’envergure vise, à moyen terme (2022-2025), le transfert du remplissage aseptique et de la fabrication de substance active de plus de 20 vaccins et produits bio-thérapeutiques, incluant 3 vaccins anti Covid-19, en moins de 3 ans au Maroc, couvrant plus de 70% des besoins du Royaume et plus de 60% de ceux du continent.

Il est prévu dans ce cadre, le transfert vers le Maroc de plateformes biotechnologiques avancées, incluant la recherche clinique, le développement et la production de thérapies cellulaires et géniques, cellules souches et de technologies de pointe de diagnostic in vitro.

Le projet ambitionne, à long terme (2023-2030), la création d’un Pôle africain d’innovation biopharmaceutique et vaccinale au Maroc reconnu mondialement et ce, dans le cadre d’un partenariat entre des acteurs majeurs internationaux dans les domaines de recherche et de développement de technologies de pointe dans les vaccins et produits bio-thérapeutiques et toutes les institutions marocaines de tutelle, notamment le ministère de l’Enseignement Supérieur, celui de la Santé, le ministère de l’Intérieur, celui de l’Industrie et celui des Finances. Un transfert de savoir-faire massif et en continu, est prévu à ce titre pour positionner le Royaume dans les cinq années à venir en tant que locomotive du continent en matière de Recherche et Développement, ainsi que dans le domaine de la fabrication de produits biopharmaceutiques de pointe.

A noter qu’aujourd’hui, et grâce à la mobilisation des lignes de remplissage aseptiques disponibles localement au Maroc ainsi qu’au transfert du remplissage de flacons du vaccin anti Covid-19 de Sinopharm vers le Maroc, le Royaume produit plus de 3 millions de doses localement par mois. La capacité de production augmentera à environ 5 millions de doses à partir du mois de février 2022 et à plus de 20 millions de doses par mois à fin 2022. A partir de 2025, le Maroc sera en capacité de produire plus de 2 milliards de doses de vaccins.

Dans la continuité d’une vision Royale stratégique

Le Maroc a été le premier pays en , à se lancer dans la production de vaccins anti-Covid-19 suite à un partenariat avec le géant chinois Sinopharm.  Le déclenchement de la pandémie due au nouveau Coronavirus, début 2020, a poussé le Maroc à prendre les mesures nécessaires pour faire face à la propagation du virus. En plus des mesures entreprises sur le plan économique et social (Fonds spécial Covid-19, aides directes aux travailleurs les plus impactés par la crise…), le Royaume a été l’un des premiers pays à opter pour la vaccination de sa population contre le nouveau virus et ses variants, à titre gracieux.

Fabrication de vaccins | Comment le Maroc entre dans le Top 5 mondial

Avec plus de 24.650.000 de primo-vaccinés en ce début 2022, le Maroc figure désormais parmi les pays leaders sur les plans régional et continental quant au nombre de vaccinés. Dans une récente sortie médiatique, le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Aït Taleb, avait assuré que le taux de vaccination, qu’il a qualifié de très important, frôle les 88% de la population éligible (24,5 millions sur 28,5 millions).

Aujourd’hui, l’enjeu est d’inciter les citoyens à compléter leur schéma vaccinal, en recevant la troisième dose du vaccin anti-Covid-19, ce qui permettrait d’atteindre l’immunité collective contre le Sars-Cov-2, sortir le plus vite possible de la crise sanitaire et enfin, permettre à l’économie de retrouver son rythme d’avant-pandémie.

ML  

——————–

Equité vaccinale

Satisfecit du Président de l’AG de l’ pour le Maroc et réunion fin février

fabrication de vaccins,Autosuffisance vaccinale

Le Président de l’Assemblée Générale des Nations-Unies a salué les efforts consentis par le Maroc en matière de fabrication de vaccins anti-Covid19, affirmant soutenir toutes les actions qui contribuent à l’équité vaccinale, particulièrement en Afrique. «Je note que le Maroc est l’un de cinq pays africains seulement qui ont atteint l’objectif de l’Organisation Mondiale de la Santé de vacciner 40% de la population contre Covid-19», a souligné Abdulla Shahid, lundi 31 janvier 2022. Le Président de l’Assemblée Générale des Nations-Unies a dit soutenir «tous les efforts qui contribuent à la production et à la distribution de vaccins, particulièrement en Afrique où plusieurs pays n’ont pas les mêmes taux de vaccination qu’en Europe ou en Amérique du Nord». Abdulla Shahid a, en outre, relevé que l’équité vaccinale est essentielle pour freiner la pandémie due au Covid-19. «Plus le temps passe, plus il est probable que de nouvelles variantes se forment», a noté le responsable onusien, annonçant la tenue, le 25 février 2022, d’une réunion de haut niveau qui traitera de cette question d’équité vaccinale.

Voir aussi

Monkeypox,variole du singe,OMS,Origine,symptômes,modes de transmission,traitement

Origine, symptômes, modes de transmission, traitement | Ce que l’on sait (jusqu’à présent) du Monkeypox

Alors que Covid-19 n’est pas encore derrière nous, un autre virus fait parler de lui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...