Antibiotiques : Attention, danger!

 

L’antibiotique, ce médicament tant consommé de par le monde, devient un problème de santé mondial. S’il est pris à tort et à travers, les pathologies peuvent développer des germes résistants...

 

ANTIBIOTIQUES

 

La consommation des antibiotiques a atteint des records non seulement au Maroc, mais aussi et surtout dans d’autres pays du monde, tels l’Espagne, le Portugal, la France et la Grèce…

 

Ces produits médicaux sont souvent considérés par les utilisateurs ordinaires comme un remède qui soigne tout et- rapidement, alors que… ce n’est pas vrai.«Ce qu’il faut savoir, c’est que l’antibiotique est indispensable, même lors de la moindre petite opération. Avant, l’antibiotique -ou pénicilline- prenait en charge toutes les pathologies. Mais avec le temps, les germes des pathologies deviennent résistants, ce qui a obligé les chercheurs à produire d’autres antibiotiques», explique Abderrahim Derraji, pharmacien d’officine. Si par exemple une angine est mal traitée, elle peut développer un rhumatisme articulaire, lequel peut causer une insuffisance rénale ou un problème cardiaque. Cela est possible si on n’utilise pas l’antibiotique de façon rationnelle.

L’utilisation de l’antibiotique, devient chez un nombre important de personnes, probable, selon Abderrahim Derraji. Seulement, ces antibiotiques ne peuvent rien contre les maladies d’origine virale, telles que la rhino-pharyngite, la grippe, la bronchite aigue, ou les angines. Ils sont efficaces uniquement contre les maladies d’origine bactérienne (pneumonie, angine bactérienne avec TDR (Test de diagnostic rapide) positif, etc… Les antibiotiques ne soulagent pas directement les symptômes. Fièvre, toux, maux de tête, troubles digestifs, courbatures… Ils ne peuvent rien contre ces symptômes… lorsque l’infection est virale. Des médicaments existent pour les soulager, notamment le paracétamol pour la fièvre et les courbatures.

 

L’antibiotique n’est pas l’affaire de monsieur tout le monde

 Il faut prendre ce médicament sur prescription médicale, de façon dosée et non de manière abusive. «Si on le prend à tort et à travers, les pathologies peuvent développer des germes résistants. Et quand le malade est atteint d’une pathologie qui a développé ces germes résistants, c’est vraiment dangereux et on ne peut alors rien faire pour lui. Il ne faut pas prendre les antibiotiques en petites doses, parce que la pathologie trouve la parade et le médicament devient inefficace. Donc, l’antibiotique, ce n’est pas l’affaire de monsieur tout le monde. C’est un problème de santé mondial», insiste Derraji.

 

Moins d’antibiotiques sur le marché

«Il n’y a plus de nouveaux antibiotiques qui arrivent sur le marché. On ne fait que les dupliquer. Il faut donc les utiliser le moins possible. Il faut également que le gouvernement fasse des campagnes de sensibilisation auprès des citoyens, à l’instar de ce qu’avait fait la France lors de sa campagne ‘‘Un antibiotique n’est pas automatique’’. Il faut procéder également à une formation des professionnels de la santé quant à l’utilisation des antibiotiques. Les médecins doivent prescrire les antibiotiques de moins en moins et non sur pression des malades. Ce n’est que de cette façon que les pharmaciens réduiront la consommation de ces médicaments», conclut Abderrahim Derraji.

 

 

Comment naissent les bactéries multi-résistantes 

Les scientifiques expliquent que les concentrations d’antibiotiques, même 100 fois moins élevées que la concentration létale, déclenchent la réponse «SOS» chez la bactérie. Celle-ci intervient lorsque l’ADN bactérien se retrouve menacé et favorise l’acquisition de gènes de résistance par deux voies. D’une part, cette résistance entraîne une augmentation de la fréquence des mutations du génome bactérien. D’autre part, elle active une protéine dont le rôle est d’intégrer ou d’exciser du génome bactérien des séquences d’ADN souvent porteuses de gènes de résistance.

 

 

Voir aussi

Produits Alimentaires,OGM,ONSSA,Pastèque

Culture de Pastèque | L’ONSSA dément l’usage de semences génétiquement modifiées

Les semences végétales utilisées au Maroc dans la culture de pastèque ne sont pas génétiquement …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.