lundi 26 juin 2017

Libye : Les guerres du Ramadan

Depuis le début du Ramadan, des bombes pleuvent tous les jours en Libye. Dans l’est du pays, elles sont lâchées par l’aviation égyptienne, en représailles à l’assassinat, jeudi 25 mai, de 29 coptes par des djihadistes (un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique). L’EI avait pourtant été chassé de cette cité côtière, en 2015, par le Conseil de la choura des moudjahidin de Derna. Cette coalition de brigades islamistes s’oppose à la fois aux jihadistes plus extrémistes de l’EI et aux troupes de l’autoproclamée Armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. Derna, creuset du djihad libyen, a jusqu’à présent résisté aux assauts de ce militaire dissident, qui a pris le contrôle de la quasi-totalité de la Cyrénaïque. Dans cette région frontalière, l’Egypte du président Al-Sissi est son premier soutien.

Au même moment, dans l’Ouest, Tripoli a connu une nouvelle explosion de violences. Les brigades loyales au gouvernement d’union nationale ont affronté celles alliées à l’ex-Premier ministre, Khalifa al-Ghwell, qui tente depuis des mois un retour en force dans la capitale. Ce dernier s’appuie sur des milices venues de la ville de Misrata et sur des militants islamistes de la Tripolitaine. Des affrontements éclatent régulièrement entre les deux camps.

Dans le sud aussi, les lignes bougent. Après avoir mené une brève mais sanglante offensive contre la base aérienne de Brak al-Shati (contrôlée par les troupes de Haftar), le 18 mai, la Troisième Force (composée en majorité de brigades de Misrata, mais théoriquement placée sous l’autorité du gouvernement d’union nationale) s’est retirée de l’aéroport voisin de Tamanhint, verrou stratégique du désert libyen. L’Armée nationale libyenne s’y est installée. Ces mouvements de troupes font redouter aux observateurs une escalade militaire dans le Fezzan (la région sud) entre les forces de Misrata et les bataillons d’Haftar. D’autant que les images des bombardements, diffusées par l’armée égyptienne, montrent aussi des frappes sur la ville de Houn, dans le centre de la Libye, ont relevé des experts.

Patrice Zehr

Voir aussi

1967, Guerre des six jours, 50 ans de malheur…

L’indiscutable victoire israélienne a modifié de fait la carte du Proche-Orient. Elle pèse aujourd’hui encore …

Un commentaire

  1. Juin 2017 la fin de Daech la fin de Boko Haram et l’application de la charia islamique par les pays musulmans après ces avertissements d’ ALLAH ces multiplies séismes en Turquie en Indonésie et en Algérie avant les dix derniers jours de Ramadan pour éviter l’extermination des pays musulmans et non musulmans par ces punitions d’ ALLAH les forts séismes tsunami volcan déluge feu de forêt astéroïde les météorites si la fin du monde aux êtres humains de se convertir a l’islam pour éviter l’enfer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.