mardi 10 décembre 2019

Rabat : Rencontre autour des Arts plastiques et visuels marocains sous le thème “Avenir commun”

Une “Rencontre autour des Arts Plastiques et Visuels” a été organisée samedi 19 octobre 2019 au Palais des Congrès de Rabat-Bouregrag sous le thème “Avenir Commun”, indique mercredi un communiqué de Art Holding Morocco (AHM).

Initiée par les acteurs culturels Hicham Daoudi et Mehdi Hadj Khalifa, la rencontre a été soutenue par l’Association marocaine des arts plastiques (Mohamed Melehi) et par le Syndicat marocain des Artistes plasticiens professionnels (Mansouri Idrissi).

La séance plénière a été consacrée au thème central “Imaginer un avenir commun” avec la finalité de fédérer les acteurs et partenaires qui composent la communauté des arts plastiques.

Dans ce cadre, quatre ateliers de travail ont été mis en place, précise le communiqué, expliquant que le premier a porté sur les modalités d’assainissement du secteur, la protection de la créativité plastique, la consolidation de l’expertise, la lutte contre le faux et l’instauration d’un système électronique efficient d’archivage et d’authentification des œuvres et du patrimoine plastique en général.

Le second a examiné la problématique de l’enseignement artistique et ses déclinaisons sur les cycles, poursuit la source, notant que ce type d’enseignement ne relève pas du luxe, dans la mesure où il consolide les valeurs d’ouverture et de tolérance, faisant de son intégration ordonnée dans le système éducatif un incontournable.

Dans ce sens, la question de l’accompagnement des lauréats des écoles des beaux-arts et leur initiation à l’entreprenariat culturel a été discutée. De nombreux intervenants ont souhaité la mobilisation de plus moyens pour soutenir une recherche de qualité dans les arts, ainsi que la création d’une “Académie des Arts” doté d’un grand prestige et prodiguant un enseignement d’excellence.

Le troisième atelier a, pour sa part, porté sur le rôle de l’entreprise car il est temps d’inscrire les arts dans l’équation économique moderne y compris dans les industries culturelles, révèle la source, faisant savoir que la défiscalisation de l’investissement artistique et l’intégration des productions artistiques et œuvres d’art dans les grands chantiers d’équipements initiés par l’Administration ont été examinés.

Etant donné que la loi leur confère de larges et importantes prérogatives en la matière, les collectivités territoriales ont été sollicitées à s’engager pleinement dans l’action culturelle décentralisée, selon Art Holding Morocco.

Le quatrième atelier, quant à lui, a traité du rôle et du devoir des institutions publiques et privées les invitant, entre autres, à réadapter la conception de leur programmation, à impliquer encore plus les acteurs culturels, artistes et critiques d’art dans la production des projets, à revoir les modalités d’acquisition des œuvres, à promouvoir de nouveaux talents au sein de leurs espaces, souligne le communiqué.

Plusieurs intervenants ont demandé la promotion de l’excellence artistique marocaine lors des grandes manifestations internationales desquelles le Maroc est souvent absent et de prévoir à ce sujet une aide aux professionnels ou aux artistes après étude des projets, relève la source qui ajoute que le ministère de la Culture a été sollicitée pour consolider et élargir la politique de subvention.

Sur le plan législatif, deux nouveaux textes ont été considérés comme impératifs, notamment une “loi sur le mécénat” et une autre relative à la lutte contre le faux, car il n’est plus possible aujourd’hui de juger le “faux en art” sur la base des dispositions portant sur la “contrefaçon des marques”, explique AHM, relevant que ce vide juridique doit être comblé assez rapidement.

Cette rencontre a aussi approuvé le projet de création d’une “Fédération des Arts plastiques et Visuels” qui regroupera cinq types d’association, soit celle des artistes et leurs ayants-droit, celle des Galeries, marchands d’art, maison de vente, celle des critiques d’art, chercheurs universitaires, commissaires d’exposition, celle des espaces d’art publics ou privés non marchands, résidences d’artistes et une association des écoles et établissements supérieurs d’enseignement artistique ingénierie culturelle, étudiants des Beaux-Arts.

La Fédération représentera les intérêts de l’ensemble de la profession, veillera à la mise en œuvre des recommandations qui seront regroupées dans un livre blanc et établira une programmation artistique régulière sur le plan national et territorial, tout en ambitionnant d’être un acteur de marque dans l’animation et la promotion de la culture et des arts dans le Royaume, affirme le communiqué.

Ont pris part à cette rencontre des artistes plasticiens de différentes générations et de nombreuses régions, mais aussi des critiques d’art, des chercheurs universitaires, des directeurs et étudiants d’Ecoles des beaux-arts, des membres de la société civile, ainsi que les représentants de fondations et de musées privés et publics.

Plusieurs hauts cadres des ministères de la Culture, de la Justice et de l’Equipement et des représentants des Directions de la Sûreté nationale et des Douanes étaient également présents.

Avec MAP

Voir aussi

FIFM 2019 : Neuf membres de cinq continents composent le jury

FIFM 2019 : Neuf membres de cinq continents composent le jury

Neuf membres de cinq continents composent le jury de la 18è édition du Festival International …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.