mardi 10 décembre 2019

Pleins feux à Paris sur la diversité et la richesse de la culture marocaine

La diversité et la richesse de la culture marocaine qui fait la force et la singularité du Royaume a été mise en avant, samedi à Paris, lors d’une conférence-débat sur le thème “Le Maroc des couleurs”.

Organisée par des associations de la Région de l’Ile de France et les Consulats généraux du Royaume du Maroc en Ile de France (Colombes, Pontoise, Orly et Villemoble), cette rencontre, qui s’est déroulée au siège de la Fondation Maison du Maroc, haut lieu d’échange et de rayonnement scientifique et culturel, a rassemblé des personnalités du monde de la diplomatie et de la culture, ainsi qu’une forte assistance composée de membres de la communauté marocaine établie en France, notamment à Paris et sa région.

Modérée par le Professeur universitaire Mohamed Mraizika, la conférence-débat a été animée par Amira Abdelaziz, Professeur universitaire à la Sorbonne, Evry et Saint Quentin, Présidente de l’association Oberseas Arabic Alliance For Creativity, Lahcen Hayzoun, écrivain, chercheur en anthropologie, Raphael Serfaty, Collectionneur-restaurateur de bijoux berbères et Abdelmounaim Belahmidi, chercheur universitaire et musicien.

Les différents intervenants, qui ont abordé la thématique de la diversité sous différents angles : anthropologique, culturel et linguistique, ont, de prime abord, souligné que la pluralité d’héritages culturels du Royaume est inscrite au cœur de la Constitution comme en témoigne le préambule de la Constitution qui précise que « l’unité nationale est forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo –hassanienne et s’est enrichie de ses affluents africains, andalou, hébraïque et méditerranéen ».

Cette pluralité culturelle marocaine fait la singularité du Royaume qui a su faire de la richesse de son patrimoine civilisationnel, culturel et religieux, les ingrédients d’une mutation réussie et les bases d’un progrès harmonieux, ont-ils fait observer.

Dans son intervention sur le thème « Diversité culturelle linguistique », Mme Amira Abdelaziz a relevé la pluralité linguistique au Maroc où « de tout temps ont coexisté, dans une parfaite harmonie, plusieurs langues et dialectes”. Selon elle, cette diversité linguistique « fait la force et la richesse du Maroc ». Revenant sur les trois principales langues du Royaume : l’Arabe littéraire et dialectale, l’Amazigh et le Français, la Professeure a indiqué que la langue Amazighe, après avoir été longtemps stigmatisée, est devenue langue officielle du Royaume aux côtés de la langue arabe.

Dans son approche anthropologique de la diversité culturelle, Lahcen Hayzoun, écrivain et chercheur, a donné un aperçu des dimensions culturelles qui se prêtent à plusieurs lectures. Selon lui, la diversité culturelle qui est innée de l’Homme a cette particularité qu’elle conduit à la coexistense et à la convergence et non pas à la divergence.

Raphael Serfaty, Collectionneur-restaurateur de bijoux berbères a captivé l’attention de l’assistance par un exposé sur « Les bijoux berbères : origine, matière, histoire», où il est revenu en détail sur la richesse de ce patrimoine national d’un point de vue culturel, historique et anthropologique. D’après lui, la diversité du patrimoine marocain se reflète tout particulièrement à travers la diversité des bijoux de ses régions.

Le chercheur Abdelmounaim Belahmidi s’est attardé pour sa part sur « la diversité du patrimoine musical marocain », relevant l’infinie d’écoles, de genres et de courants musicaux qui donnent « un charme fou au patrimoine marocain ». « Cette diversité musicale a même été source d’inspiration pour plusieurs groupes et chanteurs de par le monde », a-t-il affirmé ajoutant cette diversité musicale est un témoin de l’histoire du Maroc et une illustration de sa richesse et de sa diversité. « Musique andalouse, Melhoun, Aita, Gharnati, Chaabi, Marsaoui, Ahaidouss, Soussi, Hassani et autres… Tout cela fait le socle du Royaume », a-t-il affirmé.

Cette conférence-débat a été suivie d’une soirée autour de la musique traditionnelle marocaine, agrémentée par des prestations musicales livrées par plusieurs troupes fokloriques représentant les différents genres musicaux dans le Royaume, une autre illustration de cette cohésion culturelle marocaine.

Avec MAP

Voir aussi

FIFM 2019 : Neuf membres de cinq continents composent le jury

FIFM 2019 : Neuf membres de cinq continents composent le jury

Neuf membres de cinq continents composent le jury de la 18è édition du Festival International …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.