Un été bien mouvementé

Marocains du monde conge maroc

Sous le soleil du Maroc, les vacances ont fait rêver des millions de touristes étrangers, de MRE et de nationaux. Ces derniers avaient le choix entre les plages étendues sur les deux rives de la Méditerranée et de l’Atlantique. Ils ont aussi choisi des villes de l’intérieur du pays. Mais l’été a aussi été marqué par des faits politiques et sociaux.

Le Ramadan ayant pris fin début août, mois des congés par excellence, les stations balnéaires ont été prises d’assaut par les touristes nationaux et étrangers, dont les MRE. La situation peu encourageante qu’a vécue le secteur touristique durant la période ramadanienne s’est vite fait oublier. En effet, les hôtels à travers le Maroc ne disposaient d’aucune chambre libre.

La reprise était-elle prévisible, l’instabilité des pays du printemps arabe devant profiter au tourisme marocain ?
Une chose est sûre, le tourisme interne et l’arrivée massive des Marocains du Monde durant cette période ont contribué à l’amélioration de l’activité touristique nationale. Tous les hôtels affichaient complet, aussi bien dans le nord du pays que dans le sud et même dans d’autres villes internes. La ville de Marrakech a connu une situation exceptionnelle, alors que l’été constituait souvent pour elle la «basse saison».
Cette année, le nord marocain a battu tous les records de fréquentation. De Fnideq à Tétouan, en passant par Martil, tout affichait complet. Villas, appartements, chambres d’hôtel… étaient réservés d’avance.
Une telle affluence s’est traduite par une flambée du prix de la location, mais également de celui des denrées alimentaires.
Un autre problème qu’ont sérieusement subi les Marocains et les visiteurs du pays: les «bouchons» dans les gares de péage autoroutières. Les gens se plaignaient des longues files d’attente, notamment au niveau des tronçons entre les grandes villes. A souligner que les loueurs de voitures ont également profité de la période de vacances, cet été. Pour de très nombreux vacanciers, il fallait d’abord résoudre cette question de trouver une voiture à louer. En effet, ils étaient parfois confrontés au «zéro stock» chez les loueurs de voitures. En outre, il faudrait souligner l’abondance, durant cet été 2013, des fêtes de mariage. Il ne se passait pas de jour sans remarquer –et surtout entendre- ces cérémonies et cela dans toutes les villes marocaines.

MRE: arrivée en masse

Entre le 5 juin et le 5 août 2013, les arrivées des Marocains résidant à l’étranger, dans le cadre de l’opération Transit 2013, ont totalisé quelque 1,5 million de personnes. Selon le ministère chargé des MRE, ce chiffre a représenté une hausse de 6% par rapport aux arrivées enregistrées durant la même période de l’année dernière, avec des pics atteignant parfois 60.000 arrivées par jour, comme cela s’est produit lors de la seule journée du 4 août dernier, à quelques jours de l’Aïd Al Fitr. Mais ce qui était remarquable cette année, c’est que les gens optaient davantage pour le transport aérien au détriment de celui maritime. Profitant des tarifs low-cost proposés par de nombreuses compagnies aériennes, 43% des MRE sont arrivés cette année via les aéroports, soit une augmentation annuelle de 12%, contrairement au transport maritime qui n’a enregistré qu’une progression de 2%.

Daniel Gate

Pourtant, l’été a failli mal commencer, la grâce royale dont a bénéficié un pédophile espagnol, Daniel Galvan, ayant suscité de grands remous. Mardi 30 juillet, en effet, SM Mohammed VI avait accédé à la demande du Roi d’Espagne, graciant les ressortissants espagnols emprisonnés au Maroc. Galvan, condamné à trente ans de prison pour viols sur mineurs, a malencontreusement bénéficié de cette grâce. Des milliers de personnes ont organisé des manifestations dans plusieurs villes marocaines pour contester cela. Le Souverain a aussitôt ordonné une enquête sur cette affaire et assuré qu’il n’avait jamais été informé, de quelque manière que ce fût, de la gravité des crimes abjects pour lesquels l’intéressé a été condamné. Puis, le Roi a annulé sa décision de grâce. Le Maroc, en collaboration avec Madrid, a lancé un mandat d’arrêt international contre Galvan qui a été de nouveau arrêté et se trouve, depuis, incarcéré en Espagne. Tandis que le directeur général de l’administration pénitentiaire, H. Benhachem, était renvoyé suite aux résultats de l’enquête ordonnée par SM Mohammed VI.

Et côté politique ?

Cela fait à peine vingt mois que le gouvernement de Abdelilah Benkirane est en place et le climat politique a visiblement changé. Mais les ennuis de ce gouvernement ont commencé en mai dernier quand le Parti de l’Istiqlal a décidé de se retirer de ce gouvernement de coalition. Depuis le mois de juillet, le chef de gouvernement tente de constituer un nouveau gouvernement, mais en vain. Et les tractations continuent toujours, surtout avec le RNI (Rassemblement National des Indépendants). Donc, la recomposition du gouvernement est toujours en stand-by. Le chef de gouvernement doit régler cette question durant ce mois de septembre pour que le nouveau gouvernement soit prêt pour la rentrée politique, laquelle sera entamée le 2ème vendredi du mois d’octobre avec l’ouverture de la session d’automne du Parlement (le Souverain la préside comme le prévoit la constitution et y prononce traditionnellement un discours).
Durant cet été 2013, SM le Roi a nommé Nizar Baraka, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, à la tête du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). N. Baraka avait présenté sa démission à Abdelilah Benkirane le 9 juillet, suite à la décision prise par son parti, l’Istiqlal, de se retirer du gouvernement. Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, a quant à lui été chargé, le 22 août, d’assurer les fonctions de ministre par intérim de l’Economie et des Finances.
Suivons donc les développements de ce mois de septembre…

Voir aussi

Sahara : La France réaffirme son appui au plan d’autonomie présenté par le Maroc

Sahara : La France réaffirme son appui au plan d’autonomie présenté par le Maroc

La France a réaffirmé, jeudi, son appui au plan d’autonomie présenté par le Maroc pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.