dimanche 17 décembre 2017

Le Maroc célèbre les droits de l’Homme

FMDH

En matière de droits de l’Homme, le Maroc a franchi de grandes étapes qui le placent aujourd’hui parmi les pays pionniers en la matière. Certes, des failles et des dysfonctionnements existent encore, mais c’est ce qui anime l’action et motive les initiatives. Car, tant qu’il y aura problème, il y aura toujours recherche de solution et c’est dans ce sens que Marrakech accueille le monde autour des droits humains…

La Ville ocre est depuis le 27 novembre l’hôte du 2ème Forum mondial des droits de l’Homme (FMDH). Après le Brésil, le Maroc reçoit cette manifestation qui rassemble plus de 6.000 participants venant d’une centaine de pays, représentant les ONG locales, régionales et internationales, les agences des Nations Unies, les gouvernements, les institutions nationales des droits de l’Homme, les organismes internationaux et groupements professionnels, ainsi que des dirigeants politiques, acteurs mondiaux du développement et des droits humains, syndicats et entreprises. Des invités de marque à une fête qui célèbre les droits de l’Homme sous tous leurs aspects et leurs dimensions. Une fête que rien ne saura gâcher, parce qu’elle vient couronner les efforts déployés par le Maroc dans sa construction de l’Etat de droit; cet Etat justement où les droits de l’homme connaissent un nouvel essor. En témoignent les avancées réalisées en la matière et la vaste vague de réformes entreprises au lendemain de l’adoption d’une nouvelle Constitution qui fait des droits humains une priorité.
D’autre part, le Maroc ne revendique plus une place parmi les pays défenseurs des droits de l’Homme, puisqu’il a œuvré depuis des années à se frayer cette place et à bien l’occuper par plusieurs actions d’envergure. Un rapport de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) note à cet égard que le Maroc fait preuve d’une coopération croissante avec les mécanismes des Nations Unies de protection des droits de l’Homme. Et d’ajouter que de nombreux mécanismes et procédures spéciales ont été autorisés à se rendre au Maroc au cours des dernières années. Des rapports d’étape ont également été soumis au Comité des droits de l’Homme (rapports de mi-parcours dans le cadre de l’Examen périodique universel), ainsi qu’au Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (Rapporteur spécial sur la torture). Le rapport de la FIDH souligne que l’adoption par le Maroc d’une nouvelle Constitution en 2011 a marqué un tournant important dans la dynamique de réforme de ses institutions et tout particulièrement de son système judiciaire.

Il relève aussi que les autorités marocaines se sont engagées dans un vaste chantier de réforme de la justice qui se traduit par un foisonnement de lois, dont quelques-unes ont été adoptées, tandis que la majorité est en cours d’adoption ou en préparation. L’examen de ce processus révèle des avancées importantes en matière de protection des droits de l’Homme et suggère certains approfondissements, en concertation avec la société civile, pour une harmonisation pleine et entière de la législation avec la Constitution et les Conventions internationales de protection des droits humains ratifiés par le Maroc.
Seul ceci suffirait à donner la preuve que le Maroc, en dépit de toutes les entraves et les dysfonctionnements qu’y connaissent encore les droits de l’Hommes, est bien en mesure de célébrer ces derniers dans une fête digne d’un pays dont l’hospitalité et la générosité ne sont plus à prouver.

Au fait, de quoi est faite cette fête?

Marrakech réduira le monde (des droits de l’Homme) en un village de débats, de concertations et de rencontres autour de plusieurs thèmes et problématiques. Ainsi, afin de bien accueillir ses invités, deux villages ont été mis en place. Le Village du Forum où sont prévues les plénières d’ouverture et de clôture et tous les Forums thématiques qui se tiendront sous des chapiteaux portant les noms de personnalités qui ont marqué les avancées des droits de l’Homme au Maroc. Et le Village du monde réservé aux stands associatifs et institutionnels et à l’espace consacré aux activités à destination des enfants, aux activités culturelles proposées par les participants et à deux expositions…
Le FMDH se veut aussi un forum engagé pour les droits des femmes et la parité, les jeunes, les enfants, les personnes en situation de handicap et les migrants. Il s’intéressera ainsi à l’interaction des Etats avec les mécanismes onusiens de promotion et de protection des droits de l’Homme et à l’accès à la justice et droits de l’Homme. Les participants débattront également du rôle de la justice dans la mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels.
La connaissance de ses droits est devenue essentielle dans la vie de tout un chacun; il est de plus en plus pressant de se mettre à éduquer à ces droits. Un thème qui sera débattu aussi pour définir les perspectives, les enjeux et les défis de cette éducation au 21ème siècle.
Les droits de l’Homme ont aussi de fervents défenseurs. Ceux-ci sont souvent mal protégés ou ne le sont pas du tout. Cette situation sera aussi soumise à étude à travers deux rencontres, l’une tenue sous le thème «Pour garantir la protection des défenseurs des droits humains» et l’autre intitulée «Protection des journalistes et lutte contre l’impunité».
Il sera aussi question de procéder à une «Evaluation des mécanismes internationaux et nationaux de lutte contre la violence de genre» en plus de l’étude de l’approche des «Droits de l’Homme et développement humain», des «Droits de l’Homme entre universalisme et spécificité» et de «Démocratie et droits de l’Homme».

Tout le monde s’y retrouve

Par ailleurs, Marrakech accueille à cette occasion l’Assemblée mondiale de la jeunesse de l’ONU, organisée par l’Observatoire national des droits de l’enfant. Parlements, institutions nationales des droits de l’Homme et instances de bonne gouvernance organisent des séminaires pour renforcer leur coordination en matière de droits.
Le FMDH est aussi l’occasion pour des organisations nationales, régionales et internationales de décentraliser les réunions de leurs instances. Ainsi, entre le 24 et le 28 novembre, la ville abrite les réunions du Bureau régional arabe de l’Organisation internationale des personnes handicapées, du Bureau international de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme et la réunion interne de la Coalition mondiale contre la peine de mort. Ce sera aussi l’occasion de tenir le «Forum préparatoire sur l’accès à la justice et droits de l’Homme» et les «Rencontres internes du réseau d’Amnesty Maroc» (Réunion du réseau Jeunes d’Amnesty Maroc, rencontre nationale des écoles amies des droits humains, réunion préparatoire au FMDH).
D’autres réunions sont aussi programmées à cette période, notamment celles du Bureau de la Coalition internationale contre les disparitions forcées et du Bureau de la Coordination maghrébine des organisations des droits de l’Homme. La réunion interne du réseau de la coalition Egalité sans réserve, la réunion préparatoire des experts du handicap et la réunion interne du Comité directeur du Réseau des institutions nationales africaines des droits de l’Homme sont également programmées.
En outre, le FMDH connaîtra l’organisation de séminaires de formation à destination de divers publics, pour apprendre et agir. Il s’agira des séminaires de «Formation des diplomates arabes sur l’approche droits dans la pratique de leur fonction», de «La lutte contre la traite des êtres humains», de «Programme pour la gestion des transformations sociales (MOST)» et de «Gestion de projets de volontariat pour les jeunes».
L’art prendra la parole à travers une grande exposition d’arts plastiques qui réunit 27 artistes originaires de 15 pays: «Insoumission, les artistes pour dire les droits de l’Homme». Le 29 novembre, est prévue une célébration artistique de la Journée de solidarité avec le peuple palestinien, en plus de «Ne marche pas sur mes droits», une exposition inédite sur les droits de l’enfant.

Hamid Dades

Voir aussi

Concombres de mer/Maroc : Trésor méconnu, braconniers et marché de dupes

La pêche illicite des concombres de mer prend de l’ampleur au Maroc. Elle a déjà …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.