samedi 19 août 2017

Laenser-Haddad : La guerre des 2 n’aura pas lieu

Laenser et haddad deux ministres du mouvement populaire maroc

Mohand Laenser et Lahcen Haddad sont les deux ministres d’un même parti: le Mouvement Populaire (MP). En prévision du congrès du parti, ils étaient tous les deux candidats à un seul poste, celui de secrétaire général du MP. La compétition s’annonçait houleuse quand Haddad (forcé ?) a battu en retraite…

Le parti fondé par l’«amghar» Mahjoubi Aherdan était, ces derniers jours, objet d’une rude compétition de la part des deux candidats qui s’étaient lancés en campagne électorale pour (garder, pour l’un ; conquérir, pour l’autre) le poste de secrétaire général du Mouvement Populaire. On ne se bousculait pas vraiment au portillon pour participer à cette course effrénée et briguer ce poste. Seulement deux membres du parti avaient officialisé leur candidature pour diriger le MP durant les quatre prochaines années. Il s’agit de Mohand Laenser, actuel patron du MP et ministre de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire national et de Lahcen Haddad, membre du Bureau politique du parti et ministre du Tourisme dans l’actuel gouvernement.

Laenser, la guerre en silence

Même si Mohand Laenser a officialisé sa candidature pour un nouveau mandat de secrétaire général du Mouvement Populaire, donc, pour se succéder à lui-même, c’est un motus et bouche cousue qui prévalait, de son côté. Ce qui ne voulait pas dire pour autant qu’il ne menait pas campagne pour conserver son poste à la tête du parti. Son concurrent et d’autres membres du parti estiment qu’il y est resté plus qu’il ne fallait.
Lahcen Haddad a même évoqué dans le premier communiqué ayant officialisé sa candidature au poste de secrétaire général du MP «l’existence de conflits internes par procuration», ce qui laissait entendre clairement que son concurrent Laenser ne croisait pas les bras.
Cependant, l’actuel SG du MP dispose d’une forte assise au sein du parti. En effet, les nombreuses années passées à la barre de cette formation politique et les postes qu’il a occupés à différents gouvernements précédents depuis près d’un quart de siècle, plus particulièrement celui de ministre de l’Intérieur, même s’il n’y est pas resté longtemps, lui ont permis de se forger une certaine stature auprès des militants et des dignitaires du parti. Il partait donc grand favori dans cette bataille pour la présidence du MP.
Cependant, il ne faudrait pas ignorer qu’un courant de mécontents de la jeunesse harakie ne cache pas ses ambitions et attentes et aspire au changement.

Le discours de Haddad

C’est sur ceux-là que voulait s’appuyer le candidat Lahcen Haddad pour remporter la course au secrétariat général du Mouvement Populaire. Il l’a ouvertement dit dans son communiqué d’officialisation de sa candidature et qu’il serait partant pour un programme fondé sur les principes de la «démocratie réelle, la bonne gouvernance et une approche participative pour contribuer au changement pour la dignité».
Haddad caressait ainsi les militants dans le sens du poil. Il appelait à «instaurer un mouvement pour tous les harakis, loin de toute soumission». Il parlait donc un langage conforme à l’air du temps, qui attire la foule, du genre «(le Mouvement Populaire) est aujourd’hui incapable de produire des idées nouvelles, de drainer des compétences de haut niveau à cause de la politique d’exclusion, des manœuvres tribales, de la marginalisation des énergies, des compétences et des femmes et des tentatives de mettre les jeunes sous tutelle…».

Le mot de la fin aux dignitaires ?

Ainsi, deux hommes, Mohand Laenser et Lahcen Haddad, convoitaient le poste de secrétaire général du Mouvement Populaire.
Le premier avait avec lui des Harakis, un acquis de longues années passées avec eux, une connaissance du terrain et d’étroites relations avec les dignitaires, tout comme avec les autorités locales.
On pouvait dire que ce lot favoriserait son examen de passage lors du prochain Congrès national du MP.
Le deuxième, Lahcen Haddad, appartient certes au courant des jeunes et pouvait compter sur leur fougue. Mais il ne faudrait pas négliger une réalité qui s’impose d’elle-même, à savoir que les dignitaires ont le mot de la fin dans toute échéance électorale et que, pour eux, le candidat Mohand Laenser les représente et, de ce fait, représente la continuité.
Cela ne voulait pas dire pour autant que tout était joué d’avance. Les exemples respectifs des partis de l’Istiqlal et de l’USFP sont là pour rappeler que les résultats des urnes sont, bien plus souvent qu’on ne le pense, imprévisibles…

Mais Haddad bat en retraite !

Cependant, coup de théâtre. Le MP n’a pas attendu le verdict des urnes. La guerre Laenser-Haddad menaçait l’unité du parti. Soumis à l’artillerie lourde du Conseil national, en conclave dimanche 18 mai 2014 à Salé, Lahcen Haddad s’est vu forcé de battre en retraite pour échapper au courroux des militants Harakis qui soutiennent la candidature de l’actuel secrétaire général du Mouvement Populaire, Mohand Laenser.
En effet, quarante-huit heures après la réunion du Conseil, au terme de concertations ardues et d’une solide médiation, Haddad n’a eu d’autre alternative que de se retirer de la course, renonçant illico à sa candidature.
Il l’a annoncé mardi 20 mai aux médias, au siège du MP, dans un communiqué qu’il a lu devant un parterre de journalistes.
Une annonce, à vrai dire sans surprise, vu que la majorité des Harakis du Conseil national avait signifié clairement au prétendant que sa candidature était indésirable et qu’il y avait consensus là-dessus. Ils n’y sont d’ailleurs pas allés par trente-six chemins.
En atteste une critique acerbe qui n’a pas laissé à Haddad d’autre alternative que de se retirer des travaux du Conseil national, avant la clôture, expliquant son retrait par ce qu’il a qualifié d’attaque contre sa personne perpétrée, a-t-il dit par des groupes de pression du parti.

Mohammed Nafaa
………………………………………………………………………….

Le communiqué de Lahcen Haddad


Dans son communiqué, Lahcen Haddad a expliqué qu’il s’est retiré de la course pour préserver la cohésion du parti, sauvegarder son unité et couper la route à ceux qui pêchent en eau trouble. Haddad a réitéré sa disponibilité à œuvrer «de concert avec l’actuel secrétaire général et tous les Harakis». Tous les Harakis, a-t-il dit dans son communiqué, «jaloux de l’unité du parti et qui aspirent à ce que le Mouvement Populaire joue un rôle avant-gardiste sur la scène politique pour asseoir les jalons d’un parti solide, structuré, capable d’aborder les prochaines échéances électorales (2015) loin de toute velléité hégémoniste»
Lahcen Haddad a lancé un appel aux Harakis pour se mobiliser et faire réussir le 12ème congrès national du MP qui se tiendra fin juin prochain.

MN

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.