Trump : Le mur urgence nationale

Trump : Le mur urgence nationale

Incapable d’obtenir le financement qu’il exigeait du Congrès, faute des voix nécessaires au Sénat et à la Chambre des représentants, il a abattu la dernière carte qu’il avait dans son jeu, en annonçant qu’il déclarera rapidement par décret un état d’«urgence nationale».

Trois jours plus tôt, les démocrates et les républicains étaient parvenus à un compromis budgétaire permettant d’éviter un nouveau gel (shutdown) partiel du gouvernement fédéral à partir du 15 février.

Ils s’étaient entendus notamment sur la somme de 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros), pour financer la construction de 55 miles (88 kilomètres) de nouvelles barrières, loin des 5,7 milliards de dollars exigés préalablement par le président.

Le coût politique pour les républicains du dernier shutdown de trente-cinq jours, le plus long de l’histoire, dont ils avaient été jugés très majoritairement responsables, avait poussé les élus du Grand Old Party (GOP) à cette concession.

Après avoir déjà renoncé à une partie de sa principale promesse de campagne, le financement de ce mur par le Mexique qui l’a toujours exclu farouchement, Donald Trump, acculé, n’a pas caché son mécontentement.

Et l’aile droite anti-immigration, qui a dénoncé le compromis dans les termes les plus crus, n’a pas relâché sa pression sur lui.

Le président s’aventure donc maintenant sur un terrain juridique et constitutionnel inconnu, confirmant sa propension à user au maximum de ses prérogatives, quel qu’en soit le prix.

En plus de l’incertitude que fait peser l’absence de toute jurisprudence de la Cour suprême, cette déclaration d’état d’urgence nationale inquiète certains républicains qui mettent en garde contre un précédent.

Ces fractures risquent d’apparaître au grand jour, si le Congrès est appelé à se prononcer sur cette décision, comme le souhaitent les démocrates.

PZ

Voir aussi

ONU la claque australienne aux séparatistes du polisario

ONU | La claque australienne aux séparatistes du “polisario”

Les déboires et échecs cinglants des séparatistes du “polisario” et de leur mentor algérien se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.