Nador | Le jour où 2.000 migrants clandestins ont pris d’assaut la clôture métallique de Melilla

Sebta,Tétouan,Melilla,Maroc,immigration illégale,frontière

Pour atteindre ce qu’ils croient être l’Eldorado européen, les migrants illégaux sont prêts à tout. Ce qui s’est passé à la frontière entre Nador et Melilla en est un parfait exemple.

Après deux années de fermeture, notamment en raison de la crise sanitaire due au nouveau Coronavirus (Covid-19), l’activité au niveau du poste frontalier qui sépare la ville de Nador de l’enclave de Melilla enregistrait une forte affluence en ce début de saison estivale, suite à la  réouverture des frontières terrestres et maritimes maroco-espagnoles, outre le lancement de l’opération Marhaba-2022 qui se poursuit jusqu’au 15 septembre.

Dans le cadre de la coopération entre Rabat et Madrid, la frontière terrestre qui sépare Nador de Melilla est contrôlée de part et d’autre par les gardes-frontières marocains (Poste frontalier de Béni Ansar) et espagnols (Barrio de Chino). Entre les deux petites villes, se dresse en effet un mur grillagé d’une dizaine de kilomètres de long et pas moins de six mètres de hauteur. Des dimensions qui sont loin de faire reculer les milliers de rêveurs qui s’engagent dans une quête, désespérée et périlleuse, d’un avenir meilleur. La plupart du temps, cet espoir se noie au beau milieu de la Méditerranée lorsqu’il n’est pas avorté sur la terre ferme.

Ça passe ou ça casse !

Il faisait beau en cette matinée de fin juin 2022. Au niveau de la frontière terrestre qui sépare le du préside de Melilla, les patrouilles marocaines et espagnoles étaient à l’affût du moindre mouvement suspect. De leurs côtés, les services douaniers des deux pays veillaient au bon déroulement de la circulation au niveau de ce point de passage très prisé durant cette période de l’année. Tout se déroulait le plus normalement du monde jusqu’au moment où tout bascule. Il est près de 7 heures du matin, heure locale, vendredi 24 juin 2022 lorsque 2.000 migrants illégaux, pour la plupart originaires d’ subsaharienne, prennent d’assaut le poste-frontière de Béni Ansar côté marocain, Barrio de Chino côté espagnol. C’est en groupe que ces hommes déterminés se sont affrontés aux forces de sécurité marocaines et espagnoles qui ont conjugué leurs efforts pour repousser cet assaut d’une violence extrême. Contrairement à d’autres occasions, les assaillants qui ont tenté d’escalader la clôture qui sépare l’enclave espagnole de la ville de Nador étaient préparés à l’avance, à cette attaque. Les 2.000 migrants étaient armés, notamment de gourdins, de machettes et de crochets en fer. Certains d’entre eux ont même tenté de forcer l’entrée du poste frontalier en utilisant de grandes cisailles. En même temps, d’autres essayaient de faire diversion en s’attaquant à coups de pierres aux forces de l’ordre marocaines et espagnoles. Face à cette scène de Chaos, les policiers marocains et espagnols n’avaient d’autres choix que de repousser les assaillants du mieux qu’ils pouvaient. Face à une foule immense de migrants déchaînés, il est tout à fait normal et compréhensible que les forces de l’ordre interviennent pour justement, veiller au maintien de l’ordre, surtout que dans ce cas précis, il s’agissait d’une menace réelle à la sécurité des frontières entre deux pays, liés par des accords de coopération dans ce domaine.

Lire aussi
Maroc | La dotation de voyage passe à 100.000 dirhams par an (office des changes)

A l’heure où ces lignes sont écrites (28 juin 2022), les autorités locales de Nador ont fait état de 23 migrants ayant péri en tentant d’escalader la clôture de fer entre les villes de Nador et Melilla. La plupart des victimes sont mortes en chutant du haut de la clôture. On déplore également, au 28 juin 2022, 76 blessés, dont 13 grièvement. Selon des chiffres provisoires, deux membres des forces marocaines et une trentaine de migrants subsahariens, se trouvaient mardi 28 juin 2022, sous surveillance médicale à l’Hôpital Hassani de Nador ou au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Oujda. Leur état de santé est stable. Selon des chiffres non-encore officiels, 130 migrants irréguliers auraient réussi à passer entre les mailles du filet et sont entrés dans l’enclave de Melilla.

L’incident survenu vendredi 24 juin 2022, intervient alors que la saison des barques de fortune et le trafic d’êtres humains semble reprendre, profitant du beau temps et de la réouverture des frontières terrestres et maritimes entre le et l’Espagne, après deux années de fermeture. Selon plusieurs témoignages, le calme serait revenu, samedi 25 juin 2022, au niveau du poste frontalier séparant Nador, ville limitrophe de Melilla, ainsi qu’à la frontière de l’enclave espagnole. Situées sur la côte nord du , Melilla et Sebta sont les seules frontières terrestres de l’Union-Européenne (UE) sur le continent africain. Elles font régulièrement l’objet de tentatives d’entrée de la part de migrants cherchant à rejoindre l’Europe.

Mohcine Lourhzal

———-

Le Maroc avorte une tentative d’entrée à Sebta via

Sebta,Tétouan,Melilla,Maroc,immigration illégale,frontière

Moins de 48 heures après l’assaut contre Melilla, les éléments de la préfecture de de , ont mis en échec un autre plan visant l’organisation d’une opération collective d’immigration clandestine qui consistait à prendre d’assaut et à escalader la clôture métallique entre et Sebta. 

Au petit matin du dimanche 26 juin 2022, la de Tétouan a en effet, bloqué une tentative par des candidats à l’immigration d’escalader par la force, la clôture métallique séparant Tétouan de Sebta.

Les opérations sécuritaires menées pour avorter cette opération, ont abouti à l’interpellation de 59 candidats à l’immigration clandestine, à Tétouan et dans la zone de Belyounech dans la banlieue de Fnideq.

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a indiqué que certains de ces migrants ont été interpellés en possession d’objets et d’équipements en fer, confectionnés spécialement pour être utilisés dans des opérations d’intrusion et d’escalade dans le cadre des opérations d’immigration illégale.

Toutes les personnes interpellées ont été soumises à une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent afin de déterminer toutes les ramifications et les liens éventuels de cet acte criminel, a fait savoir la DGSN, ajoutant que des individus impliqués dans l’organisation des opérations d’immigration clandestine dans le cadre de cette affaire ont été appréhendés.

Voir aussi

Maroc finances

Ajustements conjoncturels | Pour le moment, le Maroc ne compte pas adopter de Loi de finances rectificative

Le Maroc a connu 9 Lois de Finances Rectificatives (LFR) depuis son indépendance. La première …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...