Médias Espagnols | La décision de la Cour suprême sur les drapeaux non officiels s’étend au polisario

Médias Espagnols | La décision de la Cour suprême sur les drapeaux non officiels s’étend au polisario

Les médias espagnols se sont faits largement l’écho de la décision prise, lundi dernier, par la Cour suprême du pays ibérique qui a interdit l’usage de drapeaux, symboles ou fanions non-officiels dans la sphère publique, notant qu’elle s’étend au polisario.

“Ni fanion sahraoui ni celui de la communauté LGTB dans les édifices publics” titrent les journaux canariens “La Provincia” et “El Dia” commentant la décision de la haute cour espagnole.

“La Vanguardia” écrit, pour sa part, que dorénavant l’usage de “drapeaux non officiels en hommage ou en signe de solidarité avec la communauté LGTB, les gitans ou les sahraouis” est interdit par la justice espagnole.

Dans le même élan, le portail “Elespirtal21” note que “ni le fanion des Canaries, ni celui du polisario ne peuvent être affichés désormais dans les édifices publics” espagnols, ajoutant que la décision de la Cour Suprême, qui concerne l’ensemble du territoire espagnol, aura un avant et un après dans la consolidation du principe de la neutralité des édifices et des espaces publics.

Même son de cloche chez le site électronique “Tribunalibre” qui a relevé que cette décision judiciaire ne laisse aucun doute. L’utilisation de fanions ou de symboles non-officiels à caractère politique dans les administrations publiques espagnoles n’est pas “compatible avec le cadre constitutionnel et juridique actuel” ou avec le “devoir d’objectivité et de neutralité” de ces administrations.

Le média espagnol a noté que le fanion du polisario ne doit pas coexister avec le drapeau de l’Espagne et les autres drapeaux légalement institués.

Le magazine espagnol spécialisé dans les affaires du Maghreb “Atalayar” consacre, à son tour, un article à l’arrêt de la Cour suprême, rappelant qu’au lendemain de cette décision, le polisario a publié une déclaration demandant à l’Espagne de reconnaître “sa responsabilité historique, politique, juridique et morale” dans le conflit autour du Sahara.

LR/MAP

Voir aussi

Nasser Bourita Manul

Bourita s’entretient avec l’envoyé spécial du SG de l’ONU pour la Libye

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.