Marocains bloqués à l’étranger | Le bout du tunnel se dessine

Marocains bloqués à l’étranger | Le bout du tunnel se dessine

Pour endiguer la propagation du nouveau (), les Etats ont décidé de fermer leurs frontières dès la mi-mars. Dans ce contexte, des milliers de Marocains qui effectuaient des séjours touristiques et voyages d’affaires à l’étranger, se sont retrouvés dans l’impossibilité de regagner leur pays. Quoi qu’il en soit, le ne compte pas tourner le dos à ses compatriotes. 

Le retour des Marocains bloqués à l’étranger à cause de la doit se dérouler dans des conditions optimales. C’est ce qu’a affirmé jeudi 23 avril 2020, le ministre des Affaires étrangères, de la africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Nasser Bourita a, en outre insisté sur le fait que ce retour est un droit indiscutable.

Droit naturel et fondamental 

« Le droit au retour est un droit naturel et indiscutable. Or ce qui est évident n’est pas nécessairement approprié dans ce contexte exceptionnel », a-t-il affirmé le Chef de la diplomatie marocaine à l’issue d’une réunion de la Commission parlementaire des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains Résidant à l’étranger.

Plus de 22.000 personnes concernées 

D’après les données du ministère, ce sont plus de 22.000 ressortissants marocains qui, à ce jour, sont entrés en contact avec les représentations diplomatiques du . Abordant les prérequis du rapatriement des Marocains bloqués,  Bourita a relevé que « l’opération doit se faire dans les meilleures conditions sans risque pour les bénéficiaires eux-mêmes, ni pour leur pays ».

Lire aussi
COVID-19 | Le Monde devra investir 20.000 Md$ (FMI)

Le reste mobilisé 

Le Maroc, a-t-il assuré, œuvre à mettre en place le plus tôt possible les conditions d’un tel retour pour peu que le dispositif sanitaire soit prêt pour les accueillir. « L’essentiel n’est pas le timing, mais l’impact d’une telle démarche sans surenchère et sans précipitation », a expliqué le ministre des Affaires étrangères, de la africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

Dans le cadre d’une vision globale 

Le sens de la responsabilité, a relevé  Nasser Bourita, exige d’avoir une vision globale pour gérer au mieux progressivement ce dossier dans ses différentes phases compte tenu des divers aspects, y compris ceux logistique et sanitaire. Il a affirmé que le département a prévu les moyens de gérer la période à venir à court terme et augmenter le nombre de bénéficiaires de cette opération. « Nous mettons en œuvre une approche globale loin de la logique catégorielle, dans le sens de l’anticipation et de la prévention de manière à éviter toute marche-arrière dans le combat contre la propagation du  », a insisté Bourita. Sur le terrain, les services du ministère continueront à venir en aide aux Marocains bloqués à l’étranger dans le contexte de cette crise inédite.

Pour rappel, le Maroc avait annoncé la fermeture de ses frontières, aériennes et maritimes, dès le 12 mars 2020 pour faire face à la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus ().

LR

Voir aussi

CONFINTEA VII,Marrakech,Education des Adultes

Marrakech | Ouverture de la 7ème Conférence Internationale sur l’Education des Adultes

Les travaux de la 7ème Conférence Internationale sur l’Education des Adultes (CONFINTEA VII) ont démarré, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...