L’intervention du Maroc à El Guergarat était nécessaire après l’épuisement des efforts diplomatiques

Javier Fernandez Arribas El Guergarat

L’intervention du Maroc pour la réouverture du passage d’El Guergarat était nécessaire après l’épuisement des efforts diplomatiques, a indiqué mercredi le directeur du magazine espagnol spécialisé dans les affaires du Maghreb “ATALYAR”, Javier Fernandez Arribas.

Dans une déclaration à la MAP, lors d’une visite d’un groupe de journalistes et d’acteurs des droits de l’Homme d’Espagne et du Mexique au poste-frontière El Guerguarat, M. Arribas a noté “qu’après avoir donné leur chance à la diplomatie et au dialogue, le Maroc était obligé d’agir pour garantir le libre passage des marchandises”, faisant observer que l’intervention du Royaume était “pacifique, dans le sens où elle n’a occasionné aucun blessé et “réussie après le rétablissement de la circulation entre le Maroc et la Mauritanie”.

Après avoir souligné que la question était liée à la liberté de la circulation, M. Arribas a indiqué que la fermeture de ce poste-frontière était un comportement “absolument inacceptable”.

De même, il a fait savoir que la politique du Maroc concernant le Sahara est “claire” et que “l’initiative de l’autonomie lancée par SM le Roi demeure la solution la plus applicable”.

“L’Espagne doit faire un pas en avant pour faire partie de la solution”, a-t-il poursuivi, notant “que cette solution doit être pacifique et négociée permettant de mettre fin à un conflit qui n’est dans l’intérêt de personne, en particulier dans un contexte où toutes les parties ont été touchées par la pandémie du coronavirus”.

“Tout accord entre l’Algérie et le Maroc est de nature à donner un nouvel élan à l’édification du Maghreb et à ses relations avec l’Union européenne”, a-t-ajouté.

S’agissant de la reconnaissance par les Etats-Unis de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara, M. Aribas a souligné qu’il s’agit d’un “pas très important à même d’inciter d’autres pays à suivre la même voie “.

Dans une déclaration similaire, le président de l’Observatoire des droits de l’Homme de Catalogne, Ricard Checa a souligné que cette visite a été l’occasion de constater de visu le flux normal de la circulation via ce passage, tout en mettant l’accent sur l’importance de maintenir ce passage ouvert “étant donné que la fermeture d’un passage frontalier a des retombées négatives” sur les pays de la région.

Dans cette lignée, M. Checa a exprimé sa “consternation” face à ce qui se passe dans les camps de Tindouf, notamment le terrorisme et le non respect des droits de l’enfant, ajoutant que l’Espagne et la communauté internationale doivent assurer la protection des enfants et des libertés.

De son côté, le président de l’Association Nord-Sud Action, Omar Alaoui Belghiti, qui a organisé cet évènement sous le thème “Tous pour El Guerguarat”, a indiqué que les membres de la délégation ont constaté le flux normal des marchandises et la stabilité dans la région, faisant savoir que cette visite a été l’occasion de réfuter les rumeurs et les fausses informations véhiculées par les ennemies de l’intégrité territoriale du Maroc au niveau international et sur les réseaux sociaux.

De même, cette visite a été une occasion idoine pour mettre en exergue les atouts touristiques et naturels exceptionnels dont regorge la région Dakhla Oued Eddahab, dans le but de promouvoir cette destination en Espagne et au Mexique, a expliqué M. Belghiti.

LR/MAP

Voir aussi

Parlement européen,Crise Maroc-Espagne

Des députés européens vent debout contre une résolution controversée sur le Maroc

Des députés européens de différents groupes politiques se sont érigés, jeudi à Strasbourg, contre l’initiative …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.