Les réponses d’un Etat souverain

algerie bouteflika

Le qui devait être prononcé mercredi 6 novembre, à l’occasion du , était particulièrement attendu dans le contexte de crise qui a marqué ces derniers jours les relations maroco-algériennes. Le moins que l’on puisse dire est que les réponses de à cette escalade étaient sans ambiguïté.

Allant droit au but, le Souverain a évoqué toutes les questions qui fâchent, toutes celles par lesquelles les adversaires du tentent de lui tordre le bras.
Les rapports des ONG internationales qui accablent le ? Ils ne sont pas toujours impartiaux. Certains sont même largement financés. Le Roi ne cite pas d’exemple, mais il lance: «la raison principale de cette attitude injuste à l’égard du Maroc, tient essentiellement à l’argent et aux avantages par lesquels les adversaires tentent d’acheter les voix et les prises de position de certaines organisations hostiles à notre pays. Ils dilapident de la sorte les richesses et les ressources d’un peuple frère, que cette question ne concerne pas, mais se dresse plutôt comme une entrave à l’intégration maghrébine».
L’allusion est claire et le premier exemple qui vient à l’esprit est celui de la Fondation Kennedy dont un média algérien avait révélé le faramineux financement par le pouvoir algérien.
Les droits de l’Homme au Sahara ? Le Roi dit tout haut ce que nombre de Marocains disent entre eux: «certaines parties et certaines personnes exploitent à des fins spécieuses l’espace de liberté et d’ouverture dont jouit le Maroc, surtout dans nos provinces du sud», affirme le Souverain ajoutant pour la défense du Maroc: «tous les Etats refusent d’être l’objet d’agissements attentatoires à leur sécurité et leur stabilité».
Et, en réponse à l’acharnement de l’Algérie qui n’a de cesse d’attaquer le Maroc sur la question des droits de l’Homme au Sahara, il lance sans détours: «le Maroc refuse de recevoir des leçons en la matière, surtout de la part de ceux qui bafouent systématiquement les droits de l’Homme. Quiconque souhaite surenchérir sur le Maroc n’a qu’à descendre à Tindouf et observer dans nombre de régions alentour, les atteintes portées aux droits humains les plus élémentaires».
L’exploitation des richesses du Sahara ? Bien au contraire, explique : «une partie importante des ressources et des richesses des régions centrales et septentrionales du Maroc est dédiée à la satisfaction des besoins de nos citoyens du Sud, comme le confirment tous les indicateurs et les données économiques concernant cette région». Autrement dit, non seulement les richesses du Sahara profitent au Sahara, mais celles d’autres régions du pays aussi. Et le Souverain d’expliquer longuement le modèle de développement régional que le Maroc compte mettre en œuvre au Sahara.
Enfin, concernant les relations du Maroc avec l’ et cette compétition à peine voilée que l’Algérie a entrepris d’engager avec le Maroc dans la région sahélo-saharienne -et, plus largement, dans le continent africain- le avait la clarté de l’eau de roche… Non, le Maroc n’est pas coupé de l’, juste parce qu’il ne siège pas à l’UA. Non, il ne demandera l’autorisation à personne pour établir des liens avec ses frères africains. Non, ni le Sahel, ni l’ ne sont les chasses gardées de qui que ce soit.
Un discours courageux, assumé et clair.
Le tir groupé peut commencer. Le Roi a montré combien il s’en soucie !

Le discours royal, une “grande opportunité” pour redéfinir les piliers et les paramètres régissant les relations entre le Maroc et l’Espagne

BA

Voir aussi

Le Roi Mohammed VI préside à Marrakech une veillée religieuse en commémoration de l’Aïd Al-Mawlid

SM Le Roi préside ce vendredi une veillée religieuse pour commémorer la disparition de feu Hassan II

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, présidera, vendredi au Mausolée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...