Le gouvernement accorde une importance primordiale aux élections des délégués des salariés

Mohamed Amekraz,salariés

Le gouvernement accorde une importance primordiale aux élections des délégués des salariés, en tant qu’étape fondamentale pour la promotion de la démocratie professionnelle, a indiqué vendredi, le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amekraz.

Dans son allocution à l’occasion du 1-er mai, M. Amekraz a relevé que la classe ouvrière du Royaume célèbre cette fête internationale dans un contexte marqué par le chantier des élections des délégués des fonctionnaires et des employés relevant de l’ensemble des secteurs professionnels.

De ce fait, le gouvernement et les partenaires sociaux accordent une importance primordiale à ce chantier d’envergure, compte tenu de son rôle dans la promotion de l’emploi décent et de la démocratie représentative professionnelle, a souligné le ministre, relevant que l’institution des délégués des salariés constitue un pilier essentiel pour l’organisation et la gestion des relations professionnelles, pour le règlement des conflits et pour le renforcement du discours social.

Ces échéances, au vu de leur importance, ont constitué une priorité du plan d’action du ministère au titre de cette année, a affirmé le responsable gouvernemental, ajoutant que le ministère a déployé tous les efforts nécessaires pour garantir leur réussite.

A cet effet, des commissions centrales et régionales de veille et de suivi ont été mises en place ainsi qu’un plan d’action de formation au profit des responsables régionaux et provinciaux du ministère et des inspecteurs du travail, a relevé M. Amkraz.

De même, un plan de communication a été élaboré autour des différentes étapes du processus électoral, en plus de la publication de différents guides et brochures à l’attention de l’inspection du travail et des partenaires sociaux, a-t-il poursuivi.

A cette occasion, le ministre a appelé les différents organismes et partenaires syndicaux à se mobiliser pour la réussite de cette étape capitale, la considérant comme un pilier essentiel pour le renforcement des relations professionnelles et la réalisation de la paix sociale au sein des unités de production. Cette étape, poursuit-il, représente une épreuve démocratique et un défi majeur pour l’entreprise.

S’agissant de la négociation collective et du droit contractuel du travail, M. Amekraz a souligné que malgré la propagation de la pandémie de Covid-19 et la mise en place des mesures sanitaires sur tout le territoire nationale, dix conventions collective de travail ont été déposées auprès de l’autorité gouvernementale chargée du travail au titre de l’année 2020 ainsi que trois conventions dans les mois de janvier et de février 2021. De même, 139 protocoles d’accord ont été signés dans le cadre de contrats établis entre les travailleurs et les employeurs, a-t-il précisé.

Concernant la promotion de la santé et de la sécurité au travail, le ministre a mis en exergue la poursuite du chantier de développement du cadre juridique et institutionnel en la matière, afin de l’aligner aux normes internationales en vigueur.

C’est dans ce sens, ajoute M. Amekraz, que le ministère a mis en place la politique et le programme nationaux sur la santé et la sécurité au travail, en consultation avec les organisations professionnelles des employeurs et des employés les plus représentatives, ainsi qu’avec tous les secteurs gouvernementaux concernés. Il a été présenté au Conseil de gouvernement le 4 juin 2020, a-t-il indiqué.

M. Amekraz a souligné qu’un programme de travail exécutif a été élaboré pour le Programme national de santé et de sécurité au travail 2020-2024, qui définit les étapes et les modalités de mise en œuvre des procédures, mettant en avant les efforts consentis par le ministère pour la mise en œuvre des dispositions relatives aux accidents de travail pour les agents de l’État, ainsi que l’augmentation de leurs indemnités.

Ainsi, 393 dossiers ont été exécutés pour un montant total de près de 4 MDH a relevé le ministre, notant que 36.000 salariés ont pu bénéficier de l’augmentation des indemnités des accidents de travail et maladies professionnelles en mars 2021, pour un montant d’environ 380 MDH.

Au sujet de la promotion de l’emploi, le responsable gouvernemental a relevé que les programmes actifs en la matière ont été correctement adaptés à l’évolution de la situation épidémiologique, ce qui a contribué à l’insertion de plus de 87.300 personnes en l’espace de 10 mois (entre mai 2020 et mars 2021), mettant en lumière l’évolution positive (+9%) des indicateurs d’insertion professionnelle en cette même période et dans le cadre de ce programme.

En ce qui concerne le bilan périodique du Plan national pour la promotion de l’emploi, le ministre a estimé que le taux de réalisation des objectifs escomptés a été entre bien et moyen. Ainsi, 55% des capacités prévues en termes de postes et d’opportunité d’emploi dans le cadre des différentes stratégies et plans sectoriels ont été atteintes, a souligné le ministre, ajoutant que 77% des objectifs ont été réalisés dans le domaine de l’amélioration de l’employabilité des chercheurs d’emploi, 81% dans le cadre du soutien à l’employabilité des chercheurs d’emploi et 65% pour l’accompagnement de la création d’unités économiques pour l’auto-emploi.

Dans le cadre de la protection des droits des catégories spéciales, M. Aemkraz a souligné qu’une enveloppe budgétaire de près de 4 MDH a été allouée à la promotion des projets associatifs de lutte contre le travail des enfants et la protection des droits de la femme, ajoutant que 14 conventions ont été signées dans ce sens, au titre de l’année 2020.

Par ailleurs, le responsable gouvernemental a mis en exergue le suivi par l’organe de l’inspection du travail de la situation économique et sociale des établissements à la lumière de la conjoncture exceptionnelle liée à la propagation de la Covid-19, notant que 57.955 établissements ont été concernés par des visites de terrain, en coordination avec les départements concernés et les autorités locales.

En outre, les agents chargés de l’inspection du travail sont parvenus à traiter 63.235 contentieux individuels de travail, tout en trouvant des solutions à 74.181 réclamations sur les 145.674 reçues (soit 50,92%), au moment où plus de 1,9 milliard de dirhams ont été récupérés au profit des plaignants, a souligné le ministre.

S’agissant des conflits collectifs du travail, il a révélé que les actions de médiation menées par les services du ministère ont permis de faire annuler 1.950 mouvements de grève dans près de 1.629 établissements au titre de l’année 2020.

LR/MAP

Voir aussi

Sahara Nasser Bourita

Rabat | Bourita s’entretient avec son homologue norvégienne

Le ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Étranger, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.