Lahcen Daoudi : D’autres moyens de réussite

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi, le problème aujourd’hui est que c’est la langue qui véhicule le savoir. Or, les pauvres ne maîtrisent pas le français. On évoque les pauvres et les riches du Maroc. «Je dis qu’il faut dépasser cette façon de voir et aussi le fait que les Marocains estiment que si on n’est ni médecin, ni ingénieur,

c’est que nous n’avons pas réussi nos études», a estimé Daoudi. Et d’ajouter que le Maroc a besoin de chimistes, d’anthropologues… Pour ce, il faut encourager les Facultés des sciences.

Voir aussi

Energies renouvelables Les réalisations du Maroc mises en avant par l'AIE

Energies renouvelables | Les réalisations du Maroc mises en avant par l’AIE

L’Agence internationale de l’Energie (AIE) a mis en avant les réalisations « impressionnantes » du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.