mardi 19 novembre 2019

Samira Khamlichi, Présidente de Wafacash et de l’Association professionnelle des établissements de paiement

«Plusieurs dizaines de milliers de clients trouvent notre solution Jibi intuitive et simple d’utilisation»

Samira Khamlichi, Présidente de Wafacash et de l’Association professionnelle des établissements de paiement

Wafacash est le 1er établissement de paiement à avoir obtenu un agrément de Bank Al-Maghrib pour se lancer dans le paiement mobile. Comment se porte votre compte de paiement mobile, «Jibi», 4 mois et demi après son lancement ?

Depuis le lancement de Jibi, nous avons séduit plusieurs dizaines de milliers de clients, du fait qu’ils trouvent notre solution intuitive et simple d’utilisation. L’évolution est en adéquation avec nos prévisions et nous restons optimistes pour les mois à venir.

Peut-on considérer que «Jibi», compte tenu de la stratégie de proximité et de déploiement de Wafacash dans le monde rural, soit aujourd’hui mieux préparé à la grande bataille qui s’annonce pour l’inclusion financière des plus de 14 millions de «non-bancarisés» au Maroc ? Vous êtes-vous fixé des objectifs de parts de marché pour les prochaines années ? Une stratégie pour promouvoir le paiement mobile auprès des «non-bancarisés» ?

Avant de concevoir «Jibi», nous avons étudié le marché et testé avec l’utilisateur final, aussi bien dans le milieu urbain que rural.

Nous avons établi une stratégie de vulgarisation et d’approche du client basée sur une proximité et un recrutement sur le terrain.

C’est une démarche que nous avons adoptée depuis 2009, lorsque nous avons investi le marché du Low Income Banking en lançant Hissab Bikhir, le premier compte économique du Royaume. A travers cela, nous avons contribué à améliorer le taux de bancarisation des Marocains.

Une décennie plus tard, nous avons voulu nous inscrire dans cette même démarche d’inclusion financière. Preuve en est, «Jibi» est le premier compte de paiement qui a été lancé au Maroc.

Maintenant que la solution nationale de paiement mobile est lancée et que l’interopérabilité est effective, les décisions concernant les questions de tarification, marges, commissions, ont-elles été arrêtées au niveau de «Jibi»?

Bien sûr et elles seront annoncées le moment venu.

Tout ce que je peux dire, c’est que la tarification sera adaptée, claire et transparente.

L’activité de paiement mobile ne constitue-t-elle pas une concurrence, voire une menace, pour l’activité principale d’un établissement de paiement leader dans le transfert d’argent, comme Wafacash ? Notamment pour les opérations «Jibi» plafonnées entre 5.000 et 20.000 DH portant sur le transfert ? N’y a-t-il pas double emploi, donc un manque à gagner pour l’activité principale ?

La vocation initiale de «Jibi» est de l’installer comme un moyen de paiement, tant pour la clientèle des particuliers que pour les commerçants et professionnels. La finalité étant de participer au développement de la digitalisation des paiements au Maroc.

Par ailleurs, c’est une solution qui est inscrite pleinement dans les activités historiques de Wafacash comme étant complémentaire et non concurrente.

Nous avons anticipé l’évolution du secteur et avons adapté nos solutions à la digitalisation du marché des paiements à travers la diversification de nos services ainsi que la multiplication de nos canaux. A suivre donc…

Propos recueillis par AB

Voir aussi

Bouchra Abdou, directrice de l’association Tahadi

Bouchra Abdou, directrice de l’association Tahadi

«Il est grand temps de réformer le Code de la famille» Pour Bouchra Abdou, directrice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.