Egypte : Morsi échappe à la peine capitale

L’ex-président , , destitué en 2013 par l’, a été condamné à 20 ans de prison, mais a échappé dans un premier à la peine de mort que beaucoup prédisaient à l’aune de l’implacable répression visant son mouvement.
Avec 12 co-accusés, essentiellement des responsables de sa confrérie des et de son gouvernement d’alors, il a été reconnu coupable d’avoir «usé de la violence, fait arrêter et torturé des manifestants» en marge d’un rassemblement, le 5 décembre 2012, devant un palais présidentiel du Caire.

Deux autres accusés ont écopé de 10 ans de prison. Mais tous les 15 ont été acquittés des chefs d’incitation au meurtre d’un journaliste et de deux manifestants lors de la dispersion de ce rassemblement, qui avait fait au moins dix morts, dont des pro-Morsi.
Ce verdict apparaît comme relativement clément au regard des peines capitales prononcées systématiquement dans d’autres contre les principaux dirigeants de la confrérie de M. Morsi et contre des centaines de ses partisans.
Les avocats de la plupart des accusés ont annoncé qu’ils feraient appel, précisant que, pour le cas de M. Morsi, ils lui demanderaient d’abord son avis. En effet, l’ex-président destitué et arrêté par l’ le 3 juillet a toujours refusé de prendre un avocat et, se proclamant «seul président de l’» durant toutes les audiences, il a récusé la légitimité de ses juges.

Lire aussi
Indexation Ils sont contre…

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...