mercredi 13 décembre 2017

Fais-voir ton doigt!

En matière de sexe, chez les hommes comme chez les femmes, il existerait deux catégories. Ceux qui se laissent tenter par la promiscuité et ceux qui préfèrent la fidélité. L’être humain est-il une espèce monogame ou polygame? Plus étonnante que concluante, une étude explique que l’appartenance à tel ou tel groupe pourrait pourtant être dévoilée. Une équipe de chercheurs s’est intéressée à 515 individus âgés d’entre 18 et 63 ans. Tous ont été interrogés via un questionnaire sur leurs relations sentimentales et habitudes sexuelles. Les scientifiques ont ensuite analysé les réponses et constaté que certaines tendances apparaissaient chez les hommes comme chez les femmes.

Concrètement, certains favorisaient les relations à court terme quand d’autres recherchaient quelque chose de plus durable. Mais les scientifiques ne se sont pas basés que sur les réponses des participants, ils ont également étudié une caractéristique plus inattendue: la longueur des doigts! Analysée grâce à des photocopies de mains de 1.314 personnes. Les chercheurs se sont intéressés à ce qu’on appelle le rapport «2D:4D». Ceci décrit la différence de taille existant entre l’index (2ème doigt en partant du pouce) et l’annulaire (4ème doigt). Si la comparaison peut paraître saugrenue, elle a bien un fondement scientifique. Plus l’index est court comparé à l’annulaire, plus l’individu a été exposé à des concentrations élevées de l’hormone durant son développement. Ce qui, à l’âge adulte, favoriserait des mœurs plus légères en matière de sexualité… En comparant les résultats des questionnaires à ceux des rapports 2D:4D, l’équipe a conclu que 57% des hommes sont plus enclins à la «promiscuité» sexuelle, contre 43% plus enclins à la fidélité. Chez les femmes, la balance s’inverse: 47% avec une tendance plus aventureuse et 53% avec une tendance fidèle. Si l’on ne prend en compte que les résultats du 2D:4D, on arrive à une statistique de 62% plus enclins à l’aventure chez les hommes et 50% chez les femmes… Bon indice qui permettra de juger dès le départ: c’est à l’annulaire qu’on met une alliance non? Alors autant avoir un regard précis avant d’être dans le bain…

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.