CDH | La délégation marocaine met à nu les allégations fallacieuses de l’Algérie

Covid-19 La stratégie adoptée par le Maroc mise en avant devant le CDH

La délégation marocaine au Conseil des Droits de l’Homme (CDH) a réfuté, mercredi à Genève, les allégations fallacieuses véhiculées par l’Algérie, en dénonçant sa politique de fuite en avant, à travers l’instrumentalisation des exigences des droits de l’Homme.

Exerçant son droit de réponse dans le cadre des travaux de la 52è session du Conseil des droits de l’Homme, la délégation marocaine a mis en avant le caractère politique grossier d’une déclaration faite par un groupe isolé de pays à la demande de l’Algérie.

S’il y a un enseignement à tirer de cette démarche politiquement motivée, c’est que le représentant du régime algérien ne souhaite pas, visiblement, changer de tempérament alors même que son pays est aujourd’hui membre du Conseil des droits de l’Homme, a relevé la délégation, notant que l’Algérie continue d’accorder toute son attention à des visées purement politiques, qui “divisent et servent à créer de la polémique vaine et inutile”.

Et de souligner que la déclaration instiguée par le représentant du régime algérien est un tissu de mensonges, avec une lecture tronquée et fausse des résolutions du Conseil de sécurité, que l’Algérie refuse de mettre en œuvre, comme la partie impliquée au premier chef dans la création et le maintien du différend régional sur le Sahara.

L'élection du Maroc à la tête du CDH, couronnement de ses réalisations en matière de droits de l'Homme

Seule la délégation algérienne parmi plus de 150 évoque ce sujet, dévoilant ainsi devant la communauté internationale ses intentions inavouées et sa duplicité qui ne trompent désormais plus personne, a indiqué la délégation marocaine, en s’interrogeant comment un pays nouvellement membre du Conseil des droits de l’Homme se permet, dès l’entame de son mandat, de dissoudre la Ligue algérienne de Défense des droits de l’Homme, à son insu, et en l’absence même d’un procès.

La délégation marocaine a affirmé que la fuite en avant et les allégations fallacieuses et sans fondement ne peuvent dissimuler la réalité honteuse des violations massives des droits de l’Homme en Algérie, interpellant le représentant du régime algérien au sujet de deux questions qui dévoilent le vrai visage du pays concernant des aspects autres que l’art de la propagande qu’il maîtrise.

Comment des manifestants pacifiques et des organes politiques d’opposition peuvent-ils se retrouver accusés de crimes de terrorisme, en 2023? s’est intérrogée la délégation marocaine au sujet de la nouvelle loi portant élargissement de la définition du crime de terrorisme dans le code pénal.

France : Les opposants au régime algérien "ne lâcheront pas"

Aussi, la délégation s’est demandée ‘’comment l’Algérie peut-elle expliquer l’expulsion systématique de son territoire, de nos frères migrants subsahariens, à la suite d’arrestations forcées, contraires à tous les principes et conventions sur la protection des droits de l’Homme des migrants ?’’.

Pour finir, la délégation marocaine a invité son homologue algérienne à s’abstenir de toute tactique à but manipulatoire et à s’investir davantage dans les travaux du Conseil, pour remplir pleinement son rôle de membre, au lieu de faire du Royaume du Maroc, son unique point à l’ordre du jour.

LR/MAP

,

Voir aussi

Mondial féminin,U17,Maroc,Algérie

Eliminatoires Mondial féminin U17 (3è tour) | Maroc-Algérie, les 10 et 17 mai

L’équipe nationale féminine de football des moins de 17 ans affrontera son homologue algérienne les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...