Budget au Parlement En attendant la revanche des conseillers…

loi de Finances 2014

Suite à un long débat, et une séance marathonienne, la Chambre des représentants a adopté, à la majorité, la première partie du projet de loi de Finances 2014.

En effet, c’est lors d’une séance plénière agitée, après une veillée jusqu’à une heure tardive de la nuit et des réunions houleuses au sein de la commission des finances, que la Chambre des représentants a adopté, à la majorité de 110 voix contre 37 et aucune abstention, la première partie du projet de loi de Finances 2014. Fort de sa confortable majorité qui garantit l’adoption de ses projets, le gouvernement a pu être à l’aise face à l’opposition, refuser la majorité des amendements de celle-ci et revoir -jusqu’à un certain degré- sa copie.

Quel social?

Pour renvoyer la balle dans l’autre camp, l’opposition s’est rabattue sur le projet de loi de Finances 2014 afin de rendre le gouvernement responsable de tous les maux dont souffrent les Marocains, dénigrant le caractère social que la majorité gouvernementale se complait à donner à son projet; un projet qui, selon les deux ministres en charge du projet de loi des Finances, donne la priorité à l’emploi et à la réduction des inégalités sociales!

Pas d’augmentation du prix du riz

La majorité a ainsi fait profil bas en donnant sa bénédiction à l’amendement concernant la réforme de la TVA annulant l’augmentation de 10% à 20% du taux d’imposition pour des produits comme le riz et les sardines en boîte et à l’adoption de la taxe sur les billets d’avion qui prendra effet à partir du 14 avril 2014. Ainsi, les passagers de la classe Affaires devront débourser une taxe de 400 DH, alors que ceux de la Classe économique ne paieront qu’une taxe de 100DH. Cette mesure sera appliquée à toutes les lignes au départ du Royaume.
L’amendement de l’USFP relatif à la prime à la casse est également passé au travers des mailles du filet de la majorité. Désormais, cette prime est fixée à 300.000 DH au maximum et par véhicule envoyé à la casse. Pour cela, les transporteurs devront se séparer sans rancune ni état d’âme d’au moins trois de leurs autocars vétustes par an.
Par ailleurs, l’opposition a recouru à la critique. Ses parlementaires n’ont pas mâché leurs mots en reprochant unanimement au projet de loi de Finances 2014 de ne pas prendre en considération la situation économique et sociale fébrile. Pour l’USFP, le projet «donne le départ à une austérité désorganisée». Mais ces parlementaire ne s’avouent pas vaincus et gardent l’espoir de voir leurs homologues de la Chambre des conseillers prendre la revanche et avoir plus de chance qu’eux, s’agissant des probables amendements.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

L’ouverture d’un Consulat du Sénégal à Dakhla est la concrétisation de la volonté de SM le Roi Mohammed VI et SEM Macky Sall

L’ouverture d’un consulat général de la République du Sénégal à Dakhla est la concrétisation de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.