samedi 19 août 2017

Migrants clandestins: la croissance de la filière turque

Le Directeur exécutif de l’agence européenne de surveillance des frontières, Frontex, Fabrice Leggeri, observe un déplacement des flux migratoires en Europe et ce, de la Méditerranée centrale, entre la Libye et le sud de l’Italie, vers la Méditerranée orientale, entre la Turquie et la Grèce. «La pression est plus forte sur la Méditerranée orientale. Depuis début 2015, il y a légèrement plus d’arrivées en provenance de Turquie: 40.000 franchissements irréguliers dans les îles grecques, contre 37.000 en Italie», explique-t-il dans une déclaration à la presse. Il relève une évolution spectaculaire sur un an: +5% de migrants pour la Méditerranée centrale, contre +500% pour la route passant par la mer Egée.

Le nombre de réfugiés syriens diminue de manière constante en Italie. Les familles syriennes évitent désormais la Libye, car les conditions de sécurité y sont de plus en plus précaires et les passeurs beaucoup plus violents. Fabrice Leggeri relève que, si la pression reste forte en Libye avec des candidats à l’exil venant principalement de l’Afrique subsaharienne, «les routes migratoires sont extrêmement flexibles. S’il y a une opération militaire au voisinage de la Libye, cela peut changer les routes migratoires et les faire basculer vers la route de l’Est».

Voir aussi

Egypte : Morsi échappe à la peine capitale

L’ex-président islamiste égyptien, Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l’armée, a été condamné à 20 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.