Algérie : Déliquescence de l’Etat

Plusieurs partis de l’opposition algérienne ont appelé lundi dernier à des élections anticipées face aux «risques de décomposition de l’Etat», dont les signes «sont de plus en plus manifestes», comme le montre le dernier mouvement de protestation des policiers.
Pour le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, cette protestation exprime «la déliquescence de l’Etat et l’ampleur de la crise et de l’impasse institutionnelles».

«Aujourd’hui, toutes les institutions de l’Etat sont illégitimes et frappées de sclérose à cause de la persistance de la crise politique», a-t-il estimé, dénonçant «le constat de la vacance du pouvoir au niveau de la première institution de l’Etat».

Voir aussi

Abdelouaheb Belfquih,Cour d’appel de Guelmim

Ouverture d’une enquête judiciaire approfondie sur les circonstances du décès du dénommé Abdelouaheb Belfquih

Le Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Guelmim a annoncé mardi l’ouverture …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.