vendredi 22 septembre 2017

PJD : De nouveaux éléments de discorde

Pour sa première sortie médiatique en tant que chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani s’est adressé aux téléspectateurs via la chaîne tangéroise Médi 1 TV. Censé calmer ses détracteurs au Parti de la Justice et du Développement (PJD), ce passage a eu l’effet inverse.

C’est un Saâd-Eddine El Othmani qui ne maîtrisait pas vraiment les grands dossiers économiques et sociaux dans leurs détails. Telle a été l’impression que le chef de l’Exécutif a donné aux téléspectateurs qui ont suivi avec intérêt l’émission spéciale diffusée,  samedi 29 avril 2017 dans la soirée, sur Médi 1 TV. Et c’est ce qu’ont estimé nombre de militants et cadres du PJD. La sortie télévisée d’El Othmani lui a finalement valu une avalanche de critiques, de l’intérieur et de l’extérieur du parti.

Hamiddine attise le feu

Parmi les voix qui se sont élevées pour décrier ce qui a été qualifié de manque d’expérience de Saâd-Eddine El Othmani, celles de Abdelali Hamiddine et  d’Amina Maelainine. Le premier, qui est membre du Secrétariat général du PJD, a expliqué, via un post publié sur Facebook, que le chef de gouvernement a tenté, tout au long de l’émission télévisée à laquelle il a participé, de justifier l’injustifiable. Selon lui, «dire que l’entrée de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) au gouvernement a été décidée par le Secrétariat général est une falsification des faits». Selon ce membre remuant du Secrétariat général du parti de Abdelilah Benkirane, les instances dirigeantes du PJD ont été mises devant le fait accompli par le nouveau chef de l’Exécutif. «Saâd-Eddine El Othmani a rapporté une information à la direction du PJD, selon laquelle le gouvernement sera formé avec l’USFP ou ne sera tout simplement pas formé», a ajouté Hamiddine qui est allé encore plus loin en rappelant que le parti vainqueur des élections n’a eu au final que des postes ministériels qui ne reflètent pas les résultats obtenus aux dernières élections législatives. «Dire qu’un ministre d’Etat est un exploit, permettez-moi de dire que la vie est courte, très courte et qu’il faut dire la vérité, parce que les postes ne sont pas éternels», a conclu Abdelali Hamiddine tout en rappelant que le passage télévisé du chef de gouvernement va accentuer la discorde au sein du PJD.

Maelainine aussi…

Emboîtant le pas à son camarade au parti de la lampe, Amina Maelainine s’est étonnée des propos tenus par le chef de gouvernement sur Médi 1 TV. Elle a ainsi expliqué que Saâd-Eddine El Othmani a donné l’impression que le PJD vit une division sans précédent. «Lorsque vous dites qu’au sein du PJD, il y a une majorité silencieuse sage, vous donnez l’impression que les membres de notre parti qui expriment leurs points de vue ne le sont pas, ce qui n’est pas vrai», a écrit Maelainine dans un post sur Facebook. Ella a ajouté que la divergence d’opinions au sein du parti ne doit pas être prise avec une sensibilité excessive.

D’autres membres du PJD, appartenant à la jeunesse du parti, ont eux-aussi multiplié les critiques envers Saâd-Eddine El Othmani au sujet de sa dernière sortie télévisée. La question qui se pose est de savoir si oui ou non le nouveau chef de gouvernement a réussi son passage sur le petit écran.

El Othmani n’est pas au courant

Selon plusieurs téléspectateurs, Saâd-Eddine El Othmani n’a pas été convainquant. Ils soulignent que le chef de gouvernement devait préparer son intervention à la télévision avant de se mettre devant la caméra et de dire qu’il ne maîtrise pas encore les dossiers économiques et sociaux que son équipe gouvernementale va devoir traiter. Il est vrai que le chef de gouvernement a répété à plusieurs reprises, lors de son passage télévisé du 29 avril 2017 sur Médi 1 TV, qu’il n’est pas bien outillé pour répondre aux questions relatives aux dossiers économiques et sociaux à traiter de toute urgence. «Je ne suis pas au courant de tous les détails de ce dossier, mais je suis prêt à l’étudier et voir ce que je peux faire», a répété El Othmani tout au long de l’émission. Ce qui lui a valu les foudres de certains membres du PJD et une grande partie de la population choquée de voir que le chef de l’Exécutif ne maîtrise pas certains dossiers urgents sur lesquels le gouvernement est très attendu.

Concernant le dossier de la retraite, El Othmani a été catégorique en affirmant qu’il poursuivra cette réforme. S’agissant de la compensation, il a demandé plus de temps pour étudier ce dossier, avant de pouvoir dire quand et comment cette réforme va être relancée. S’agissant du procès-verbal signé entre l’ancien Premier ministre Abbas El Fassi et les diplômés chômeurs, pour qu’ils bénéficient d’un accès direct à la Fonction publique, Saâd-Eddine El Othmani a assuré qu’il allait étudier ce dossier. C’est cette déclaration qui a poussé certains membres du PJD à déclarer que le nouveau chef de gouvernement a mis en doute la cohésion au sein du parti, en acceptant de revoir ce dossier, alors que Benkirane avait définitivement tranché là-dessus.

Contacté par Le Reporter, le Secrétaire général adjoint du PJD, Slimane Amrani, a affirmé que le parti n’a pas de position officielle concernant les déclarations de Saâd-Eddine El Othmani au sujet de la participation de l’USFP au gouvernement, ni sur l’émission du 29 avril 2017 à laquelle était invité le chef de gouvernement. Le silence de Amrani est à mettre dans son contexte, puisqu’il a été demandé aux cadres et militants du PJD, par la direction du parti, de n’émettre aucun jugement concernant la composition du nouveau gouvernement avant la tenue d’une réunion entre les instances du parti, dans le but de réaliser une évaluation globale de la situation.

La sortie télévisée du chef de gouvernement n’a été que l’élément déclencheur d’une nouvelle discorde venue s’ajouter à celles qui secouent le PJD depuis des mois. Certains en veulent à El Othmani, parce qu’il ne les a pas proposés à des postes ministériels. D’autres sont réellement déçus des guerres intestines qui menacent l’avenir du PJD et sa cohésion, dont le SG Abdelilah Benkirane s’est longtemps enorgueilli. Ce qui est sûr, c’est que l’exercice du pouvoir a eu son effet sur le PJD et ses membres.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Al Hoceima : Ministres et élus pour sortir la tête de l’eau…

Une délégation de haut niveau a tenu, lundi 12 juin 2017 à Al Hoceima, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.