mercredi 13 décembre 2017

Les surprises du Maroc (2)

Roi du maroc et president du senegal mai 2015

Après le Sénégal, la nouvelle tournée africaine conduira Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Guinée Bissau, en Côte d’Ivoire et au Gabon.

Une délégation à la hauteur de la coopération

Lors de cette tournée, le Souverain est accompagné d’une importante délégation comprenant SA le Prince Moulay Ismaïl et les conseillers du Souverain, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui. La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rebbah, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy, le ministre de la Santé, El Hossein Louardi, le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Aâmara, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad et la ministre de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Fatema Marouane. SM le Roi est aussi accompagné de plusieurs directeurs des établissements publics et semi-publics, d’hommes d’affaires et de hautes personnalités.

Coopération : Une priorité stratégique

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a fait de l’Afrique une des priorités stratégiques de la politique extérieure du Maroc. Si ce choix stratégique trouve ses fondements dans l’appartenance géographique du Maroc et dans son histoire millénaire qui a façonné son identité et sa culture, il est conforté par ailleurs par la vocation du Maroc en tant que pôle de stabilité, de développement régional et de rayonnement culturel et civilisationnel.
La Constitution du Royaume de 2011 ne stipule-t-elle pas que la dimension africaine constitue une des composantes essentielles et constitutives de la nation marocaine? C’est de là qu’est née l’ambition du Maroc de s’ouvrir davantage sur l’Afrique. Ambition sous-tendue d’ailleurs par une série d’atouts. En effet, le Maroc est aujourd’hui un partenaire économique stratégique majeur de la plupart des économies africaines, comme en témoigne la hausse exponentielle de ses investissements directs dans des secteurs à haute valeur ajoutée, notamment la banque, l’assurance, les télécoms, l’énergie, l’agriculture, le logement social…
Cette ouverture est due également au fait que le Maroc représente un modèle d’inspiration et de projection pour la promotion d’un islam tolérant et constitue un interlocuteur de choix en matière de coopération triangulaire, compte tenu de son expérience et de son expertise avec plusieurs bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux. Le partenariat prôné par le Maroc avec les pays africains s’appuie également sur la promotion de l’intégration régionale comme instrument efficace de renforcement de la compétitivité et comme niveau approprié d’une exploitation des complémentarités, affinités et ressources particulières à chaque région. Dans ce sens, le Maroc ne cesse d’appeler en faveur de l’émergence d’un nouvel ordre maghrébin à travers la redynamisation de l’Union du Maghreb Arabe (UMA).
D’autre part, le Royaume est déterminé à resserrer davantage les liens avec l’Afrique. Les multiples tournées effectuées par SM le Roi Mohammed VI dans le continent africain témoignent de la volonté du Maroc de renforcer la coopération avec l’Afrique dans le cadre d’un partenariat Sud-Sud. Les visites Royales ont permis, la signature de nombreuses conventions de partenariat, sans oublier les différentes actions initiées par le Maroc en faveur du développement et de la promotion du continent.

Sénégal : Développement humain et partage

La visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI au Sénégal marque une nouvelle phase dans les relations entre le Maroc et ce pays, dont la traduction concrète est manifeste à travers les dimensions humaines et socioéconomiques des projets de développement et du partenariat lancés par les deux pays.
SM le Roi a fait du développement humain la thématique centrale de son règne et le Président Macky Sall, dans son action au quotidien, agit également dans le sens du développement humain au profit de la population sénégalaise.
Ainsi, le projet de construction d’un point de débarquement aménagé de pêche artisanale dans le site de Soumbédioune à Dakar, lancé par le Souverain et le chef de l’Etat sénégalais, est une traduction concrète de cette dimension humaine des relations entre les deux pays.
Le Maroc et le Sénégal ont beaucoup à se partager et à concrétiser sur le terrain. Cette volonté d’échange d’expérience et d’expertise est reflétée par un certain nombre de projets et d’accords qui ont été signés à l’occasion de la visite royale. La dimension économique de l’axe Rabat-Dakar se confirme de plus en plus. Ainsi, à travers les projets de partenariat bilatéral, les deux pays visent l’épanouissement et la dignité de la population. Des objectifs qui passent par la capacité à créer de l’emploi et de la valeur et à ouvrir les perspectives, en particulier pour la jeunesse.
Sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc est considéré depuis longtemps comme un modèle de paix et de stabilité et un exemple à suivre par plusieurs pays de la région, notamment dans le domaine de la consécration de la démocratie et de l’Etat de droit. Ceci n’exclut pas le volet économique dont la place dans les échanges demeure remarquable au point qu’entre le Maroc et le Sénégal, ce volet a appelé la création d’une structure dédiée.

Un groupe d’impulsion

Le Groupe d’impulsion économique maroco-sénégalais, mis en place par SM le Roi et le chef de l’Etat sénégalais, aura un apport important quant à la consolidation du partenariat bilatéral. Cette structure va permettre aux opérateurs économiques des deux pays de disposer d’un cadre de rencontre, de travail, de suivi et d’identification de projets communs. Une preuve que le Maroc et le Sénégal savent aujourd’hui où se trouvent leurs intérêts et sont déterminés à relever les défis dans le cadre d’une amitié qui est consolidée d’une vision claire des deux chefs d’Etat et d’un partenariat qui se conforte et se consolide au fil des visites du Souverain au Sénégal.

Hamid Dades

……………………………………………………………………

Cité des affaires : L’autre facette de la coopération


Le mémorandum d’entente pour le développement de la cité des affaires de l’Afrique de l’Ouest à Dakar, signé devant SM le Roi Mohammed VI et le président sénégalais Macky Sall, à Dakar, permettra aux entreprises qui sont dans l’écosystème CFC d’être accompagnées sur le terrain quand elles vont aller investir en Afrique. Casablanca Finance City (CFC) est un hub économique et financier dédié à l’Afrique. C’est donc la porte d’entrée vers les investissements africains pour les grandes multinationales et pour les institutions financières internationales. Dans ce cadre, les entreprises qui sont dans l’écosystème CFC ont besoin d’être accompagnées sur le terrain quand elles vont aller en Afrique. Pour cela, l’un des principaux objectifs de cette convention au niveau le veulent dans ce pays, d’être accompagnées par l’Agence sénégalaise de promotion des investissements.
A l’inverse, l’Agence de promotion des investissements du Sénégal a la possibilité de venir s’installer à CFC, d’aller voir les entreprises marocaines et de faire la promotion des opportunités des investissements du Sénégal.
Ce mémorandum vise aussi à confier à la partie marocaine les travaux de reconversion de l’aéroport actuel de Dakar en un pôle urbain intégré qui comportera différentes composantes, à savoir: le résidentiel, le pôle touristique et la cité des affaires. Dans ce sens, une convention sera signée entre la CDG et la Caisse des Dépôts et de Consignations (CDC) du Sénégal pour mener conjointement des études de faisabilité technique, urbanistique, architecturale, mais également de marché, à même de permettre par la suite d’élaborer une convention spécifique qui définira les responsabilités de chaque partenaire avec la structure qui portera le projet, ainsi que les modalités de mise en œuvre.

BCP : Encore plus de présence


Quinze accords de partenariat économique public-privé et privé-privé ont été signés à Dakar, devant SM le Roi Mohammed VI et le président sénégalais Macky Sall, lors de la cérémonie de mise en place du Groupe d’Impulsion Economique maroco-sénégalais. Parmi ces actes, trois conventions ont été signées entre le Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) du Maroc et l’Etat du Sénégal. Elles concernent des secteurs importants du développement socio-économique. La première convention a trait au développement humain, plus particulièrement à la mise en place d’une structure de micro-finances pour accompagner les besoins des populations les plus démunies et contribuer à la création de richesses et d’activités génératrices de revenus. La deuxième convention concerne la levée de 30 milliards de FCFA pour le compte du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal, alors que la troisième se rapporte au financement d’un projet de l’immobilier à Dakar.

 

HD

Voir aussi

Abdelkebir El Hadidi : Celui par qui la catastrophe est arrivée

Une quinzaine de personnes ont été tuées dans la bousculade survenue, dimanche 19 novembre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.