vendredi 20 octobre 2017

Histoire : Le monde ne parle plus arabe

islamophobie

«Lorsque le Monde parlait arabe». C’est le titre d’un documentaire très instructif pour les uns, les musulmans d’aujourd’hui (versant un peu trop dans l’islamisme et le radicalisme), comme pour les autres, Européens et autres, (aujourd’hui proclamés ennemis de l’islam).

Ce documentaire invite à une passionnante traversée de la civilisation musulmane parvenue à son zénith et dont l’éclat allait permettre à l’Europe de frayer les voies de sa renaissance.
En effet, l’empire des arabes s’étendait de l’Espagne à l’Inde, avec des capitales de rêve: Kairouan, Bagdad, Cordoue, Grenade, Le Caire, Damas, Medine, Fès, La Mecque et Alexandrie. Toutes les sciences et la culture seront érigées comme jamais dans l’histoire, sous le regard de l’Occident jaloux qui prépare les Croisades et sa renaissance sur la base des travaux des arabo-musulmans.
Du IXe au XIIe siècles, le monde musulman connaît un rayonnement sans égal. Il s’étend de l’Espagne à l’Inde avec des capitales de rêve: Bagdad, Cordoue, Grenade, Le Caire, Damas… De la philosophie à la médecine, des mathématiques à l’astronomie, son essor scientifique et culturel fascine autant qu’il inquiète l’Occident médiéval.

Il relate aussi l’histoire des arabes, leurs cultures et sciences, ainsi que le rôle de l’islam religion unificatrice des tribus jusqu’à la naissance et le développement de l’empire, puis le rôle qu’ont joué les khalifes et les scientifiques pour traduire et développer les sciences et la pensée grecques et romaines. La civilisation islamique ou monde musulman désigne la zone géographique couverte par l’expansion musulmane.
La civilisation islamique s’identifie à la civilisation arabe de la période dite arabe classique (les deux notions sont en effet identiques jusqu’à la chute du Califat de Bagdad en février 1258). Ensuite, elle ne coïncide plus totalement avec l’ensemble des musulmans à travers le monde. Elle se développe et se concentre dans des pays dont les régimes politiques appliquent -ou dont les sociétés sont fortement influencées par- les lois islamiques (charia).
Et le documentaire se termine par une interrogation: pourquoi le monde arabo-musulman n’a-t-il pas su se renouveler?

Un monde à part

La charia est innocente de tout ce qu’on lui colle aujourd’hui, tout comme l’islam dont les adeptes se sont tellement accrochés à une ère où la science n’avait plus un mot à dire, puisqu’elle n’était plus qu’apostasie. L’islam n’est pas «radicaliste». Il n’est pas non plus «extrémiste» et pour preuve. Cette page d’histoire qu’on cite ci-haut, d’une part. Et d’autre part, tous ces principes de tolérance, de paix, d’équité et d’incitation à la science et à la connaissance. C’est quand les pseudo-musulmans d’aujourd’hui ont commencé à s’éloigner de cela que l’islam, comme ils le prônent, a été associé, par ceux qui le leur longtemps envié, au terrorisme. L’Europe, qui a jadis frayé les voies de sa renaissance grâce à l’islam, le combat aujourd’hui! Sans que les musulmans n’osent lui ouvrir les yeux sur son tort. On n’ose dire à ces «ennemis» qu’il est totalement innocent de tout ce qu’on met sur son compte. «On ne nous juge que de ce qu’on voit de nous». Et qu’est-ce qu’on voit?
Des gens qui, sous l’étendard d’un étrange islam, prêchent le faux, le crime et la terreur. N’est-il pas plus sage de s’inspirer de l’islam des lumières pour semer la science et prêcher l’excellence? Réaliser des avancées scientifiques dans les nouvelles technologies, la médecine, l’urbanisme, le nucléaire…? Au lieu de sombrer dans des interprétations scrupuleuses et obscurantistes de textes et de lois révolues. Là, l’image de l’islam, le vrai, sera clairement dévoilée. Et là encore, des centaines de valeurs et de ressources humaines, musulmanes, faisant aujourd’hui la fierté d’organismes tels la NASA, l’AIE et autres, seront représentatives de toute une civilisation et non seulement de simples cas individuels facilement appropriables. L’islam ne sera plus ainsi associé au terrorisme et à l’extrémisme et le monde qui, jadis parlait arabe, dira aujourd’hui et compte tenu des circonstances: «Je suis l’islam».

Hamid Dades

Voir aussi

Maroc/Croissance économique : Le yo-yo que décrit Jouahri

Croissance économique, inflation, déficit… Tout a été passé en revue par Abdellatif Jouahri, wali de …

Un commentaire

  1. De toute façon déjà à cette époque la FRANCE détestait les arabes et l’Islam puisque c’est la France premier pays au monde chrétiens qui a envoyer et entretenue les croisades en Palestine et en Syrie , les premiers massacres des musulmans ont été fait par Godefroid de Bouillon Français à cette époque puisque la Belgique existe seulement depuis 1830 , dans un livre d’histoire écrit par un chrétien Amine Maalouf on dit que les chrétiens massacraient et mangeaient des enfants musulmans la première croisades .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.