mardi 24 octobre 2017

Dilemme: sécurité d’abord, ou droits de l’homme?

Forum Map Avril 2014

Quatre grosses pointures en matière des droits de l’homme ont répondu, au Forum de la MAP, aux questions des médias sur la mise en œuvre des droits de l’homme et l’Etat de droit au Maroc.

Le Maroc est certes donné en exemple en matière de respect des droits de l’homme pour avoir réalisé et mis en œuvre nombre d’acquis dans ce domaine: retour des exilés, révision de nombre de textes législatifs, liberté de la presse, ouverture du grand chantier de réforme de la Justice, non comparution des civils devant un tribunal militaire, ratification de 9 conventions internationales… C’est en ces termes que Mohamed Sebbar, secrétaire général du CNDH (Conseil national des droits de l’homme), a qualifié les avancées du Royaume dans le domaine des droits et des libertés, lors du Forum de la MAP (22 avril) sur le thème «Droits de l’homme et Etat de droit au Maroc, les réalisations et les perspectives».

Ceci ne veut pas dire, a souligné Sebbar, que ça baigne, concernant ce volet. Il a reconnu l’existence de contraintes et d’autres insuffisances. Lorsqu’on évoque, par exemple, la situation de la femme, a ajouté l’orateur, il persiste un débat, peut-être pour insuffisance de maturité, s’agissant de la reconnaissance des droits de la femme.
Abordant la question des droits socio-économiques des citoyens, Mohamed Sebbar n’a pas usé de la langue de bois: «Les citoyens ne jouissent pas encore entièrement de ces droits, outre les disparités régionales», a-t-il estimé.

Alignement sur l’Algérie et le Polisario

Pour ce qui est du dernier rapport du Secrétaire général de l’ONU, Mohamed Sebbar y a décelé un grand alignement sur la thèse du Polisario et de l’Algérie, en plus, a-t-il dit, d’un illogisme et d’une contradiction flagrante de ce rapport quand il évoque les droits de l’homme dans la région.

Mieux s’adapter aux critiques

Rappelant que le chantier des droits de l’homme n’est pas du tout conjoncturel, mais constitue une part de la lutte pour ces droits à travers notre histoire, ce qui a eu pour finalité de devenir une partie des priorités et des choix de l’Etat et ce, malgré la persistance de quelques dysfonctionnements, El Habib Belkouch, président du Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD), a pour sa part relevé l’absence de complémentarité entre les différentes institutions et la mise en œuvre sur le terrain du choix des droits de l’homme. Ces derniers n’ont pas besoin d’être étudiés par les institutions internationales, mais d’être débattus par les Marocains eux-mêmes du fait qu’ils intéressent toute une nation et non une région déterminée (NDLR: les provinces sahariennes). «Nos voisins, a encore dit Belkouch, vivent une nette régression continue des droits de l’homme, mais la majorité des critiques les épargne et vise le Maroc. Il faut donc que nous nous adaptions positivement à ce genre de critiques». Et de préciser que la meilleure réponse à ces critiques est la traduction sur le terrain de la stratégie nationale des droits de l’homme. L’orateur a appelé à mieux faire connaître cette stratégie par une meilleure communication qui n’arrive pas aujourd’hui à mieux servir cet élan des droits de l’homme au Maroc. Ce qui fait justement le jeu des adversaires qui profitent de ces lacunes pour mieux ternir l’image du Royaume à l’international.

Pour une société en pleine mutation

Abordant le fameux «printemps arabe» auquel le Maroc a échappé ou en est sorti à moindres frais par rapport à d’autres pays, Mohamed Neshnash, président de l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH), a expliqué cela par le fait que les Marocains ont milité pour la liberté depuis la signature du Manifeste de l’indépendance, ce qui a fait de la société marocaine une société vivante et en pleine mutation. Pour le président de l’OMDH, l’ère nouvelle a entamé son parcours par la revendication de la liberté, dans le cadre de l’Etat de Droit et du nouveau concept de l’autorité, allant jusqu’à «Equité et Réconciliation» et même jusqu’à la mise en œuvre de la Constitution de 2011.

Pour un meilleur comportement des sécuritaires

Par ailleurs, le président de l’OMDH a critiqué le comportement des services de sécurité qui, selon lui, porte atteinte aux valeurs du pays édifiées sur les droits de l’homme. Neshnash a également critiqué la réaction souvent musclée des forces de l’ordre face aux sit-in, principalement ceux qui ne se soucient guère d’obtenir une autorisation préalable. Le président de l’OMDH a appelé à la nécessaire bonne gouvernance, précisant que l’espoir pour les jeunes Marocains est que leur pays aille à grande vitesse vers la liberté. Mohamed Neshnash a fait remarquer que le plus grand problème du Maroc demeure la corruption, fléau devant lequel le gouvernement reste les mains liées.

Revendiquer la sécurité d’abord

Abdelali Hamidine, président du Forum Al Karama, a précisé que l’avancée des droits de l’homme est liée à la maturité de la société et que, lorsque le crime prend de l’ampleur, la revendication de la sécurité devient plus grande que celle des droits de l’homme, aussi paradoxalement que cela puisse paraître. En outre, plus les institutions prennent forme et se consolident, plus le pays réalise des avancées notoires dans le volet des droits de l’homme.

Des zones d’ombre persistent

Abdelali Hamidine a attesté, lors de son intervention devant un parterre de journalistes et de représentants de la société civile, que le Maroc a certes réalisé une avancée incontestable des droits de l’homme. Mais est-elle suffisante? s’est-il interrogé. Il est grand temps, a-t-il souligné, de lever le voile sur la stratégie nationale pour le développement des droits de l’homme et de la démocratie. Et de relever qu’il existe encore quelques zones d’ombre. En attestent, selon lui, les interventions violentes contre les manifestants et autres sit-in, lesquelles nuisent aux avancées des droits de l’homme, mais aussi la situation déplorable dans les prisons résultant de mentalités rétrogrades qui sont incompatibles avec les dispositions de la loi et le respect des droits des prisonniers. Il a donc appelé à une nécessaire révision du rythme de la réforme du Code pénal.

Mohammed Nafaa
……………………………………………………………….

El Habib Belkouch : Mieux gérer la liberté d’expression et les courants séparatistes dans les provinces du sud

Lahbib belkouch

El Habib Belkouch, président du Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD), s’est voulu transparent lors de sa participation au Forum de la MAP. Il a précisé en substance: «La sécurité est nécessaire pour garantir la liberté et les droits de l’homme». En parallèle, l’ensemble des institutions de l’Etat ont grand besoin de révision, telles les institutions de la sécurité, de la justice, etc, a-t-il estimé. Il a également appelé à faire en sorte que le Conseil supérieur de la sécurité voie le jour.
Pour ce qui est du dossier du Sahara, Belkouch a émis le vœu que cette affaire ne soit plus au centre de nos préoccupations seulement au début de chaque mois d’avril. «Il nous faudrait une stratégie particulière», a-t-il insisté. Il s’est prononcé, lors du débat qui a suivi les différentes interventions, pour une «gestion de la liberté d’expression et du séparatisme à l’intérieur des provinces du sud», pour que tous sentent qu’ils sont partie prenante. «Nous avons grand besoin d’une réflexion collective pour déceler les zones d’ombre. Nous avons également besoin de réponses convaincantes aux défis et contraintes, à l’international… Nous avons grand besoin d’un plan où chacun de nous assumera sa responsabilité», a conclu El Habib Belkouch.

MN

Voir aussi

SM le Roi préside un Conseil des ministres axé sur le volet social

Le Conseil des ministres présidé par SM le Roi Mohammed VI, lundi 2 octobre 2017 …

2 Commentaires

  1. “Le Maroc est certes donné en exemple en matière des droits de l’homme” ??? Où avez vous donc lu cela ? ET donné en exemple par qui SVP ? A part vous, personne d’autre! Vous deviez être sous l’emprise d’un bon joint du Rif pour avoir écrit une telle absurdité!

  2. Corruption au Maroc est l’ennemi de la démocratie , et comme la corruption est généralisé au Maroc depuis le sommet jusqu’à la base .

    Le jour que le Roi surtout veut que la corruption disparaisse , elle disparaitra , apparemment ce n’ai pas encore le moment pour le monarque , car la corruption arrange le roi aussi .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.